Comptes de campagne et grosses ficelles

Qui a télécommandé la bombinette? C’est la question que tout le monde se pose à propos de la révélation par le journal Le Point des petits arrangements de Jean-François Copé qui auraient permis à quelques un de ses amis de se goinfrer pendant la campagne présidentielle de 2012, avec de l’argent dont on sait depuis qu’il n’était pas celui des contribuables -puisque les comptes de Nicolas Sarkozy ont été invalidés- mais celui des militants de l’UMP qui ont accepté de se saigner pour payer les dettes de campagne de leur leader défait. Sans intention désobligeante, on doit constater que Le Point ne nous avait pas habitué à la dénonciation en exclusivité de scandales ayant impliqué la droite. Du coup, c’est plutôt vers la droite qu’on a envie de tourner la tête quand on cherche à qui profite l’affaire, même si quelques proches du président de l’UMP font mine de dénoncer une calomnie venue de la gauche qui chercherait par tous moyens à masquer son bilan, et à déstabiliser l’opposition à un mois des municipales. Possible! Mais pas le plus probable, à cause du média dont vient la révélation.

Alors qui? François Fillon, pour se venger une bonne fois pour toute de son ennemi Copé qui l’a empêché de prendre la tête de l’UMP? Il n’est pas certain à cette heure que l’affaire lui profite vraiment. D’autant que Copé semblait il y a encore quelques semaines très ferme dans sa volonté d’organiser les primaires que souhaite Fillon en 2016, face aux pressions des proches de Sarkozy qui défendent l’idée d’un effacement de tous les prétendants devant le candidat “naturel”, la “référence” et même “l’espérance” selon Brice Hortefeux, Nicolas Sarkozy bien sûr. Mais si ce n’était pas Fillon, qui aurait donc intérêt à ce que des documents compromettant le président de l’UMP tombent entre les mains de journalistes? Là encore se poser cette question n’est pas non plus faire injure au professionnalisme des journalistes en question: si personne ne donnait de documents confidentiels aux journalistes, il y aurait beaucoup moins de scoops…

Qui donc était assez au cœur de la campagne 2012 du candidat UMP pour en connaître les tenants, les aboutissants, voire les turpitudes?

Non, pas lui!!! On a peine à imaginer qu'”il” soit prêt à faire tomber son fidèle Copé, voire à dynamiter l’UMP à un mois des municipales… Juste pour décrédibiliser l’hypothèse d’une primaire à droite. Simplement pour pouvoir justifier son refus d’y participer, sans se mettre à dos les millions de Français qui en font leur champion dans les sondages. Pour s’assurer d’apparaître comme l’homme providentiel face à une gauche impuissante, et une droite en décomposition… Un homme providentiel trahi par ses proches, par celui qui aurait dû être le plus proche… son Judas à lui, qui aurait, comme le titre Le Point, “volé Sarkozy”!

La ficelle serait vraiment trop grosse…

2 réflexions sur « Comptes de campagne et grosses ficelles »

  1. L’hypothèse est intéressante et donnerait du crédit à ceux qui ne voient dans nos politiciens que des petits Machiavel, au passage, ce sont les militants qui auraient été floués mais aussi les contribuables car il ne faut pas oublier que les dons aux partis politiques sont financés à 66% par l’impôt et que le reste du financement des partis politiques représentatifs vient des fonds publics.

    On peut au moins en rire quand on apprend que la fameuse agence de communication travaille encore pour lui, si ce sont eux qui lui ont offert le coup des pains au chocolat et le célébre “tous à poil”, c’est effectivement surfacturé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *