Surprise: Poutine n’est pas beau joueur…

Quand on a osé toucher le cul du tigre, ce n’est plus le moment de s’indigner de ses rugissements. Les Européens ont commencé hier à en faire l’expérience. Il est trop tard pour appeler Poutine à la raison, pour exiger le respect des frontières ukrainiennes, pour pester ou menacer. Les soldats russes sont déjà à l’aéroport de Simferopol, comme ils sont chez eux en Abkhazie et en Ossetie du Sud, territoires géorgiens repassés sous le contrôle de Moscou en 2008. L’issue pourrait être la même: une Crimée qui se déclare indépendante, et Moscou qui garantit cette “indépendance”. Ce n’est hélas pas une surprise. Et John Kerry peut continuer à répéter sur tous les tons que son homologue russe lui a promis de respecter l’intégrité territoriale ukrainienne… Il devait savoir à quoi s’attendre.

En choisissant de défier la Russie par un soutien inconditionnel aux révoltés de la place Maidan, les occidentaux ont aidé les Ukrainiens pro-européens à se débarrasser d’un dirigeant détesté, et à prendre leur distance avec l’ogre voisin. Le déroulement des évènements ayant prouvé que Ianoukovitch était capable de faire tirer sur la foule, ils ont aussi participé à destitution d’un tyran. C’est bien! Mais il faut en payer le prix, en assumer les conséquences. Qui pouvait imaginer que Moscou accepterait  gentiment que sa base militaire de Sébastopol soit placée de fait sous tutelle occidentale? Que Poutine serait beau joueur face à cette “revanche” des occidentaux après le camouflet qu’il leur avait infligé en Syrie? Sans doute personne parmi les diplomates européens ou américains, qui se succédaient à Kiev, en sachant pertinemment qu’aucun d’entre eux ne mourrait jamais pour la Crimée. Les déclarations répétées sur l’unité de l’Ukraine n’étaient donc que pétitions de principe. Chacun devait savoir depuis le début de la crise que le processus en cours permettrait au mieux à une partie de l’Ukraine de rallier l’Europe.

Maintenant, il s’agit d’éteindre au plus tôt l’incendie. Pour éviter qu’il ne dégénère en de nouveaux affrontements entre Ukrainiens. Pour empêcher Poutine d’aller trop loin, et éviter que la tension actuelle ne débouche sur une crise internationale. Tous aux extincteurs!

 

1 réflexion sur « Surprise: Poutine n’est pas beau joueur… »

  1. Je n’ai pratiquement rien lu, cela semble intéressant, j’ai 54 ans, actuellement en nc, je pars le 20/12 …
    Intellectuellement “au dessus”, je cherche mes origines, j’ai besoin de réponses car un peu “largué”.
    Origines “Métro”, pays de caux (Lanquetot) en ligne directe, je veux en savoir plus …

    Merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *