Tous champions “d’alteurophilie…”

Qui a peur de l’Europe? Tous ou presque. Tous ceux qui réclament nos scrutins pour dimanche prochain, et n’ont pas cessé pendant toute la campagne de débiner l’Union européenne. En commençant par Bayrou, pourtant champion autodéclaré en europhilie, et dont la première expression de campagne a été pour réclamer qu’on “refonde l’Europe d’urgence sur de nouvelles fondations pour éviter qu’elle s’effondre”… Diable, ce serait donc pour sauver une Europe moribonde qu’on nous appellerait aux urnes ce dimanche? Pas très exaltant!

Du côté des autres partis ce n’est guère mieux. On ne s’attardera pas sur l’antieuropéisme viscéral des populistes de Marine le Pen. Ni sur celui, à peine plus sophistiqué du Front de Gauche qui réclame la sortie de l’Euro, et une révolution anti-libérale en Europe… Ces deux là se retrouvent sur bien des points. La fin de l’Euro, le rejet du libéralisme, le protectionnisme… et le soutien à Kerviel, l’improbable nouveau héros de l’anti-finance… Le tableau qu’il dressent de l’état de l’Europe est simplement apocalyptique.

Plus favorables depuis toujours, les écologistes nous prédisent eux-aussi une euro-catastrophe à la veille du scrutin, en brandissant la menace du grand “Tafta”. Comprendre: la négociation en cours entre Europe et Etats-Unis pour créer, éventuellement si tout le monde est d’accord des deux côtés de l’Atlantique, un grand marché commun. Tremblez, citoyens d’Europe,  menacés que vous êtes par une discussion, qui n’en est toutefois qu’à ses débuts! A la fin, les Etats-Unis, qui, c’est bien connu, sont un genre de Satan, vont nous imposer avec leur Tafta: le poulet à la javel, et les OGM, et le bœuf aux antibiotiques, et le gaz de schiste, et la destruction de notre modèle social… Les gens qui négocient au nom de l’Europe doivent vraiment être des ordures ou des inconscients…

Pour les socialistes, c’est simple, il faut d’urgence détruire l’Europe de droite, dans laquelle Hollande a tout de même son mot à dire depuis deux ans, faut-il le rappeler. Elle serait à l’origine de tous nos maux: les Français ont compris, nous explique Cambadélis, le premier des socialistes, “que le problème est à Bruxelles, pas à Paris…” Air connu: nous on y est pour rien, tout est la faute des autres…

A droite, la critique est plus nuancée. On veut garder l’euro, mais certains sortiraient bien de Schengen, ce traité de libre circulation qui permet à tous ces étrangers de nous envahir… Ou encore feraient sortir de l’Union, tous ceux qui s’y sont greffés depuis un demi siècle, pour revenir à la pureté des origines… à 6! Alors on s’invective au sein de l’UMP, on se menace, autour de cette nouvelle pomme de discorde.

Bien sûr, si tout le monde dénonce l’Europe actuelle, l’Europe bureaucratique, l’Europe injuste, l’Europe problème, l’Europe fouettarde, l’Europe passoire, l’Europe obstacle… chaque parti reste favorable, officiellement, à une “autre Europe” celle qu’il pourrait mettre en œuvre s’il l’emportait. Moins libérale, plus keynésienne, moins atlantiste, moins allemande, plus resserrée, plus protectrice, mieux protégée… c’est selon. Chacun à sa façon se livre à un exercice d’ “alteurophilie”.

Evidemment, les électeurs n’y comprennent pas grand chose. Les enjeux mis en avant par les uns ou les autres semblent si loin de leur préoccupation qu’à la fin de la campagne personne ne devra s’étonner s’il ne reste dans le public que l’image d’un immense ratage européen: l’Europe, celle des autres,  a tout faux! Il devrait en résulter logiquement une abstention massive et un succès relatif de ceux qui prétendent qu’on peut se passer de l’Euro, de Schengen ou simplement de voisins et rétablir le franc, les frontières, et renvoyer chacun chez soi. Le pays de Monnet et Schuman, co-créateur de l’Europe, sera alors devenu le champion de l’euroscepticisme.

Et dimanche soir, tous ceux, à droite comme à gauche, qui nous expliquent depuis des semaines qu’il faut changer d’Europe parce que celle-ci nous conduit à la ruine, disserteront doctement sur les raisons d’un résultat catastrophique annoncé. La faute sans doute à la crise économique, au chômage, ou à Hollande qui n’a pas su conduire aux urnes européennes ses électeurs de 2012 qui ne l’aiment plus, à la droite qui est majoritaire en Europe, à Angela Merkel qui est tyrannique, ou encore aux bureaucrates de Bruxelles, et de la Banque Centrale…

Mais qu’auront-ils fait, tous autant les uns que les autres, pour éviter ce fiasco électoral? Qu’auront-ils fait pour positiver ce projet formidable qui a chassé le spectre des grandes guerres, changé nos vies, même s’il reste en construction? Qui permet déjà à nos jeunes de voyager de capitale en capitale en oubliant même qu’un jour il y eut des frontières, de partager leurs études entre Londres Berlin et Paris, de vivre une carrière professionnelles à saute-mouton au fil des opportunités offertes par l’un ou l’autre des pays de l’Union, d’aller voir une expo à Berlin aujourd’hui, et écouter un concert à Milan demain… Qu’auront-ils dit pour mobiliser autour d’une ambition qui a fait reculer nos frontières et ouvert notre horizon sur d’autres cultures, d’autres modes de vie, d’autres richesses, nous a permis de découvrir nos ressemblances et d’apprécier nos différences ? Elle n’a pas si sale gueule notre Europe!

7 réflexions sur « Tous champions “d’alteurophilie…” »

  1. Ce que je n’ai toujours pas compris – ni admis, pour être honnête – c’est que dix Etats sont entrés en 2004 dans l’UE d’un coup, ceci sans que l’on ait préalablement modifié les institutions pour adapter la gouvernance, ni consulté sur le sujet les peuples déjà membres (alors qu’en 1973 on avait organisé en France un référendum concernant l’entrée de seulement trois pays, dont l’Angleterre). D’autant que les dix pays en question avaient peut-être “vocation” ou tout simplement désir, voire intérêt, à entrer dans l’UE ; mais qu’ils sortaient -pour la majorité d’entre eux – d’un système socio-économico-politique vraiment très différent : le communisme. Ne pouvait-on prévoir des étapes ? Quel ménage doublerait brusquement le nombre de cohabitants sans anticiper sérieusement la chose, si je peux transposer la question de façon un peu terre à terre ? Ce n’est pas le seul, mais c’est selon moi l’un des éléments qui a rendu l’UE “illisible”, au sens politique du terme, pour le citoyen.

  2. Comment je fais pour voyager a Berlin puis a Milan pour un concert ou je ne sais quoi ! Avec quel argent je fais ça ! les Français sont de plus en plus pauvre ! c’est quoi cette conclusion sur L’Europe ! Pourquoi faire connaitre les autres culture et tout partager ! c’est quoi se monde ou on nous oblige a tout savoir et a tout partagé ! a nous obliger a tous nous aimer et je sais quoi ! C’est un monde de rêve un monde qui n’existe pas que vous voulez ! c’est là l’erreur !!!

    • Ce monde existe bien et ca fait meme 65 ans que nous vivons dedans…Que vous ne souhaitiez pas en profiter cela vous regarde, mais en quoi voudriez vous en priver les autres?

  3. RAS LE BOL de voir autant de citoyens dans mon entourage qui n’iront pas voter le 25. Certes les 3 valeurs de l’Europe , paix, protection et prospérité ont été ébranlées ces dernières années. Mais ma génération premièrement n’a pas connu la guerre, premier point de l’Europe respecté. Protection, avec l’Europe mon quotidien est protégé des poisons alimentaires, et une protection monétaire pour l’euro, rappelez vous ou renseignez vous sur les dévaluations du franc………….2 éme point respecté. Prospérité, cette valeur a été énormément chahutée avec le boomerang des subprimes américaines en 2009 et ensuite l’austérité imposée par Bruxelles surtout pour les pays du sud qui n’a rien arrangé.. N’oublions pas que la paix est menacée aux frontières de l’Europe, que l’euro est resté fort durant les crises et est toujours aussi fort, prospérité ok mis à mal….. et c’est seulement cela qui va entraîner un nombre important de citoyens européens à ne pas voter. NE PAS VOTER, c’est laisser les extrémistes, eurosceptiques, xénophobes, nationalistes siéger au parlement européen afin de mettre en œuvre leur objectif de détruire l’Europe et on reviendra au guerre, à une protection alimentaire douteuse et aléatoire et à une monnaie à la merci des financiers….ET BIEN, moi l’Europe j’y crois et j’irais défendre ma voix le 25 MAI. Pour info cette année est la première année où le président de la commission européenne sera élu selon la couleur du parlement. Et pour cette élection je soutiendrais les listes de Corinne LEPAGE avec Europe citoyenne, car les citoyens européens doivent reprendre leur place au sein de ce vaste parlement. http://europecitoyenne.net/ Merci de m’avoir lu jusqu’à la fin.

    • Vous affirmez que la construction européenne a garanti la paix. Moi j’affirme que ce sont l’arme nucléaire et le contexte d’équilibre entre grandes puissances durant la guerre froide qui sont les principales raisons de cette paix.
      Vous dites que l’euro est une protection monétaire. Je pense que les avantages de l’euro sont ridicules devant ses inconvénients. Je ne parle pas de la valeur de l’euro, mais du fait même d’avoir une monnaie unique entre des économies aussi différentes que l’Italie et l’Allemagne.
      Je pense en outre que l’UE ne respecte pas la volonté des peuples et qu’il y a un vrai problème de démocratie dans ces institutions. D’ailleurs rien n’oblige le conseil européen à désigner un président de la commission qui représente le parlement.

      Je suis désolé, je ne vote pas FN mais je suis contre l’euro et je suis contre une Europe fédérale. Je pense que l’on peut au moins discuter de ces sujets en démocratie, sans être taxé de populiste, d’anti-européen, de nationaliste ou d’ignorant.

  4. Non seulement il y a du vrai dans ce que vous dites mais en plus le lobbying y est intensif et totalement anti démocratique et puis n’oublions pas la fameuse troïka pour la Grèce qui a laissé faire pendant des années les prêteurs et a fait payer aux grecs ses propres erreurs. Perso je voterai bien sur et par pour le FN ou l’UMP et en effet Nouvelle Donne me semble crédible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *