L’illusion ou la trahison

Et revoilà Martine Aubry! Il ne manquait qu’elle, et chacun s’attendait à son retour, pour que la cacophonie soit complète. Décidément, le parti socialiste a beaucoup de mal avec l’exercice du pouvoir. Depuis des mois, il ne s’est quasiment pas passé un jour sans que l’un ou l’autre des ténors, auto-proclamés, du PS, ne dénonce Hollande et sa politique. C’est inouï et sans précédent. Certes, la majorité au parlement tient toujours, parce que chacun des députés socialistes, tous courants confondus, tient à son mandat. Mais tout se passe comme si ceux qui pensent avoir un destin politique national voulaient se mettre à couvert avant la défaite annoncée de 2017. Façon: “je vous l’avais bien dit!”.

Car évidemment aucune personne sensée ne peut imaginer que le changement radical de politique prôné par les frondeurs, s’il entrait dans les faits, mènerait ailleurs qu’à un désastre pour une gauche qui aurait en plus de son incompétence démontré sa pusillanimité.

C’est donc la fronde pour la fronde. La colère pour prendre date. Mais pas seulement! C’est aussi la mise en évidence d’une fracture profonde au sein de la mouvance social-démocrate française, qui se trouve face à un dilemme qu’elle ne parvient pas à assumer. Alors même que la mondialisation et l’accroissement du rôle de l’Europe, ont drastiquement réduit la marge de manœuvre des pouvoirs nationaux, le PS cherche toujours ses repères. Doit-il accepter de gérer différemment, de faire du “social-libéralisme” pour atténuer les effets socialement destructeurs de la compétition internationale et de l’accroissement sans précédent des inégalités, ou alors camper sur son Aventin de gauche en dénonçant sur tous les tons les excès du capitalisme financier?

Il n’y a probablement plus d’autre alternative pour la gauche. Le changement, c’était pour hier! Déclarer la guerre à la finance, comme le fit il n’y a pas si longtemps Hollande, et prétendre gouverner la France n’a plus de sens. Promettre une rupture radicale avec la politique de rigueur financière, c’est prendre les électeurs pour des idiots. Annoncer une politique de relance par distribution de pouvoir d’achat, c’est jouer les illusionnistes. Si l’on veut gouverner le pays et le faire progresser, on a besoin de la finance. Et des patrons du Cac 40. Et du Medef! Et de nos partenaires européens! Et donc de la rigueur! Cela borne une voie bien étroite. Mais cela n’interdit pas à l’Etat de jouer son rôle de contrôle, ni de prendre des initiatives en faveur de la croissance, ni de peser sur l’Europe, et d’infléchir la répartition des richesses, de moderniser le pays, de le préparer pour l’avenir en investissant dans la connaissance, en le rendant plus solidaire, plus généreux, plus respectueux de l’environnement. En faisant progresser les libertés et l’équité… Mais il faut faire un choix! Or alors même que les siens sont au pouvoir, le PS continue à tanguer, à se chercher, entre rupture et connivence, opposition et exercice du pouvoir, il se partage, se divise.

Survivra-t-il  à cette déchirure ? Cela n’est pas certain. Au train où vont les choses c’est un véritable effondrement qui le menace. Car les bateleurs qui sont en son sein, et promettent grâce à une “vraie” politique de gauche des lendemains qui chantent, comme aux plus beaux jours du réalisme socialiste, et qui n’ont de cesse de dénoncer la trahison dont se serait rendu coupable le premier des leurs, risquent tout simplement de finir de détourner leurs électeurs des urnes. Si le choix des électeurs socialistes est réduit à l’illusion ou la trahison, ce sera alors de toutes façons dans l’opposition.

1 réflexion sur « L’illusion ou la trahison »

  1. Mes deux contributions hier soir portant sur les réactions de Martine Aubry

    L’important c’est de durer. 19/10/2014 – 19h33
    Martine Aubry apporte son soutien aux “Frondeurs” et espère que les électeurs sociaux-libéraux qui jusqu’à maintenant votaient pour le PS – préférable à la droite sarkozyste – reportent leurs suffrages vers une coalition républicaine, européenne et libérale organisée autour de la personne d’Alain Juppé ? Martine Aubry, comme de nombreux apparatchiks du PS, estime qu’elle est plus à l’aise dans l’opposition pour valider les enseignements de la loi d’airain de l’oligarchie de Michels

    Camarade, l’avenir s’éclaircit 19/10/2014 – 19h47
    La droite débarrassée de Sarkozy et des 40 voleurs et du discours en direction du Front National, c’est préférable à Calamity Aubry et ses 100 Frondeurs tirant dans les pattes de Hollande et de Valls qui font ce qu’ils peuvent pour nous sortir d’une situation catastrophique. Aubry c’est un boulevard pour Juppé ou même Fillon. Juppé aux commandes du pays et Aubry à la tête des manifs avec les retraités de la CGT et les fonctionnaires protégeant leurs acquis et leur statut !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *