Rafale: qu’on ne nous demande pas d’être fiers!

Quand le débat politique gauche-droite tourne au combat de coqs, on a bien du mal à s’intéresser au spectacle. Quand le champ politique ressemble à une cour de récréation où chacun se mesure à l’autre sur l’air des lampions, on finit par y perdre son sens civique. Sujet du moment: qui c’est le plus fort pour vendre des armes aux dictatures? C’est pas lui, c’est moi! Et les “arguments” volent bas, mais pleuvent en rafales. Les ventes d’aujourd’hui sont les résultats de l’action politique du président d’hier… C’est Sarkozy qui a tout fait nous dit l’un. Pas du tout, il n’avait fait que se vanter sans jamais conclure, nous on dit rien mais on engrange des commandes parce qu’on sait mieux s’y prendre, rétorque-t-on en face… Affligeant!

Faut-il rappeler que le Qatar, à qui nous vendons nos avions, n’est pas que le mécène du Paris Saint-Germain? Qu’il est aussi ce pays de non-droit, où l’on traite les travailleurs étrangers comme des esclaves? Que les Emirats Arabes Unis, prochain pays sur la liste des généreux acheteurs d’avions français, répriment violemment toute manifestation d’opposition. Sans évoquer l’Arabie Saoudite et son obscurantisme religieux que François Hollande honore ces jours-ci d’une visite d’Etat. A-t-on déjà oublié que ces pays finançaient encore il n’y a pas si longtemps les mouvements islamistes radicaux qui terrorisent le monde aujourd’hui?

D’accord, si ce n’est pas nous qui vendons nos avions de chasse les Américains le feront sans gêne aucune. D’ailleurs les Rafale vont remplacer des Mirage qu’on leur avait vendus par le passé. Et puis cela fera des emplois… D’accord, d’accord, c’est du réalisme économique plus que de la politique… Mais qu’on ne nous demande pas d’en être fiers!

Un jour ou l’autre la France devra peut-être voter une résolution du conseil de sécurité décrétant une zone d’exclusion aérienne dans un de ces pays. Nos Rafale à nous, iront peut-être alors détruire les leurs, pour préserver des populations civiles. Qui sait, nos soldats devront peut-être même faire face à des Rafales affrétés par un mouvement terroriste… Avons nous tellement besoin de ces quelques milliards d’euros, de ces centaines d’emplois, pour que nous choisissions d’oublier le temps d’une signature tous les enseignements de l’Histoire récente?

Grâce au Rafale nous sommes, paraît-il, en passe de devenir le deuxième marchand d’armes conventionnelles du monde, derrière les Etats-Unis. On n’en est pas fiers non plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *