Avec tout ce qu’on voit à la télé… il faut bien se protéger!

Quel début d’année! Comment conserver dans ce maelström un semblant de sérénité? Comment trouver un peu de distance pour réfléchir, discuter, argumenter sur les défis qui se posent quotidiennement à nous? D’un côté, le syndrome de la commémoration! Bien connu des médias de tout crin qui puissent dans la célébration des anniversaires l’indispensable substitut à la couverture d’une actualité parfois trop morne pour attirer le chaland. Et tout le monde s’y met. Gouvernement, politiciens de tout bord, amuseurs publics des chaines d’info en continu, journaux télévisés des chaînes généralistes, et les “compléments d’enquête”, et “cellule de crise” et “infrarouge”… Un an après le massacre de Charlie Hebdo, il est urgentissime de nous faire revivre les moments d’horreur de l’année 2015, à peine celle-ci enterrée. Et c’est évidemment prétexte à rediffuser en boucle ces images de terreur, usées jusqu’à la corde, mais dont on se doute qu’elles continuent à être considérées par les terroristes et leurs mentors comme autant de trophées de guerre. Certes, quelques enquêtes apportent des éléments nouveaux, mais noyées dans un bain de violence de nature à nous maintenir tous la tête sous l’eau, quand la seule réponse honorable face aux terroristes serait de tourner la page pour continuer à vivre comme avant.

Et pour ceux qui tentent d’entrer dans la nouvelle année en regardant un peu ailleurs, il y a cet épouvantable, invraisemblable et interminable débat sur la déchéance de nationalité. Au départ, il s’agit d’un piège, dans lequel se met le président Hollande en parlant trop vite, peut-être sous le coup d’une émotion mal maîtrisée devant le Congrès. Il promet un truc absurde et inutile: retirer la nationalité française à des gens dont la seule ambition est de participer à la destruction de la France dans l’espoir imbécile et criminel de l’intégrer un jour dans un soi-disant califat, où règne la barbarie d’une poignée d’assassins se faisant passer pour prophètes d’on ne sait qui.

En toute logique, une fois remis de ses émotions le président aurait dû oublier cette promesse et chacun aurait dû convenir que cette partie du discours présidentiel ne méritait pas qu’on s’y attarde. Mais non! C’est devenu l’alpha et l’omega de la survie de notre pays et de sa démocratie. Dans une formidable convergence, toutes les arrières pensées politiciennes ont fusionné pour en faire le débat de l’année. Arrières-pensées du principal intéressé, Hollande, d’abord. Espérant mettre la droite en porte à faux en reprenant une de ses propositions. De la droite bien sûr, qui le met maintenant au défi de faire ce qu’il a dit, en profite pour poser des conditions à son soutien. De l’extrême-droite trop heureuse de voir une idée qu’elle estime être sienne reprise par “l’UMPS”. De l’extrême gauche aussi, qui trouve dans l’affaire la preuve irréfutable que ce gouvernement n’a plus rien à voir avec la gauche et mérite le même opprobre, voire pire en raison de sa trahison, que son prédécesseur, celui de Nicolas Sarkozy. Jusqu’au sein du PS où l’on tente de sortir de l’affaire par la surenchère en parlant de retirer la nationalité d’individus qui ne sont que Français et en deviendraient donc apatrides… Chacun a un avis sur ce sujet essentiel, le médias ratissent très large, on fait parler tous les anciens ministres de la 5eme république encore en vie, ou presque.

Affligeant! Désolant! Désespérant! Et cela quelques semaines à peine après le choc du vote FN aux élections régionales. Quand on pourrait aspirer à la recherche de consensus sur les problèmes importants qui nous sont soumis, à l’élaboration de réponses communes aux inquiétudes multiples. A se mettre au travail ensemble, pour donner une perspective d’avenir à nos millions de chômeurs, pour tenter de réduire les inégalités, pour dé-ghettoïser les banlieues. On invente un débat idéologique et moral autour de la binationalité des terroristes! Et comme on sait si bien le faire ici, on se jette les “principes” à la gueule, on se gargarise de ses “valeurs”, avant d’en matraquer ses adversaires politiques, voire ses alliés de la veille… En faisant mine de ne pas voir qu’au fond, tout le monde se fout de savoir si une poignée de terroristes conserveront ou pas leur double nationalité!

Par contre, dans le même temps on se prépare à adopter par décret, donc sans véritable débat préalable, des mesures visant à renforcer de façon permanente, c’est à dire hors état d’urgence, les pouvoirs de la police. Seuls les magistrats et avocats s’en inquiètent. C’est apparemment beaucoup moins important que la déchéance de nationalité de quelques crétins criminels… Mais il faut bien dire qu’avec tout ce qu’on voit à la télé… Il faut bien se protéger!

 

1 réflexion sur « Avec tout ce qu’on voit à la télé… il faut bien se protéger! »

  1. Encore une fois merci pour apporter un peu de lumiere et de lucidité sur une societé francaise qui définitivement ne sais pas prendre de recul et se centrer sur les défis de son avenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *