L’épreuve de Sarkozy

Pour Nicolas Sarkozy, c’est la mère de toutes les batailles. S’il n’a jamais cessé d’aller au combat, n’étant jamais meilleur -disent ses hagiographes et ils sont nombreux- que lorsqu’il est attaqué, la bagarre qui s’annonce, si l’on en croit les instituts des sondages, pourrait être son combat le plus difficile et le plus cruel. Et le conduire à accepter le désaveu des siens.

Lui qui a toujours affiché une morgue méprisante à l’égard de l’ensemble de ses collaborateurs et colistiers, pourrait bien avoir à subir une défaite cuisante dans la confrontation avec l’un d’entre eux. Lui qui s’est toujours considéré comme le meilleur d’entre tous, le seul capable d’affronter la gauche et le Front National, de conduire la droite, d’incarner l’avenir de la France et du Monde, risque d’avoir à s’incliner face à un cheval de retour, un vieillard adoubé il y a 20 ans par un ancien président aujourd’hui déclinant pour qui il n’a que mépris et qu’il sut trahir en son temps. Lui, dont Ingrid Bétancourt disait avec une naïveté confinant à l’imbécillité, que ses geôliers colombiens des Farc tremblaient à l’évocation de ce seul nom, Sarkozy, tremble lui-même aujourd’hui devant quelqu’un qu’il considérait comme fini.

Quelle épreuve en perspective ! S’être relevé d’un échec cuisant contre Hollande en 2012, être revenu de si loin, avoir repris l’UMP, l’avoir transformé en « les Républicains » pour faire oublier les turpitudes qu’évoquait le sigle précédent, avoir bravé les juges qui le pourchassaient, défié l’entendement républicain, en prétendant concourir pour la présidence alors qu’il est mis en examen pour financement illégal de campagne électorale… et connaître l’échec face à Alain Juppé !

Heureusement pour lui, les sondages ont souvent tort, et les membres de son entourage le répètent à l’envi depuis que les instituts ont placé Juppé largement devant lui au premier tour de la primaire. Mais tout de même, aussi aveuglé soit-il par sa propre image, il doit bien sentir que la dynamique actuelle est contraire à ses ambitions, à un mois de l’échéance.

Pour éviter cet instant fatidique, ont peut imaginer qu’ils fera feu de tout bois dans les jours qui restent. Sur le terrain des idées d’abord. On le voit meeting après meeting, il a décidé de se positionner comme le candidat du peuple contre les élites que représenterait Alain Juppé. Pour cela il en est réduit à faire les fonds de tiroir du populisme : on mettra les musulmans suspects de penchants pour l’intégrisme en prison, on demandera leurs papiers aux malades avant d’accepter de les soigner, on enfermera les lycéens chahuteurs dans des internats dédiés, les jeunes chômeurs dans des casernes…

Mais tout cela pourrait ne pas suffire tant sa candidature à la présidence paraît mal en point. Alors comme tout malade saisi par le déni, la tentation de briser le thermomètre va monter quand va s’approcher l’échéance. Briser le thermomètre, c’est contester par avance la validité d’un vote qui lui serait défavorable. Lui et ses proches ont commencé à laisser entendre que si Juppé gagnait ce serait parce que les gens de gauche lui auraient apporté leur voix de façon malhonnête. Comprendre : une primaire de la droite dont le résultat serait fait par les gens de gauche, soucieux d’écarter Sarkozy de la course, n’aurait aucune valeur… On imagine sans peine le tribun défendre ce point de vue, pas illogique en soi, devant les caméras de télévision…

Pour faire fi du résultat, et se présenter contre Juppé au premier tour de la présidentielle ? Sans doute suicidaire ! Pour tenter de faire invalider la primaire, ou d’en modifier les règles par avance ? Juppé a lui même prévenu qu’en cas de manœuvre déloyale il ne tiendrait pas compte du résultat…

Le plus grand combat pour Nicolas Sarkozy se joue sans doute ces jours-ci. Accepter de jouer le jeu d’une primaire qui semble déjà avoir désigné son vainqueur et qui le contraindrait à renoncer, cette fois-ci pour de bon, à la politique ? Prendre sur lui, et rentrer dans le rang, en cédant la place à plus vieux que lui?

Quelle épreuve !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *