Trop c’est trop!

Mercredi matin. Jour 2 après l’incendie de Notre Dame de Paris. Sur télés et radios, cela reste le sujet quasi-unique. Oubliés les gilets-jaunes, le Grand Débat, ainsi évidemment que des faits d’actualité mineurs comme la guerre au Yémen ou la famine au Soudan du sud. Avec deux angles principaux. Primo, est-il possible de reconstruire le toit et la flèche en 5 ans comme l’a souhaité hier soir Emmanuel Macron, est-il crédible ou pas? Et chaque média de convoquer d’improbables experts en construction de cathédrale pour nous éclairer sur la crédibilité du Président. Deuxième sujet de débats, tables rondes, et autres confrontations d’estrade: les riches qui promettent des donations pharamineuses ne se foutent-ils pas de nous, puisque grâce aux exonérations fiscales, c’est en fait notre argent qu’ils proposent?

Trop c’est trop! Dans le feu de l’émotion, on a tous tremblé devant les flammes assassines, reçu un choc avec la chute de la flèche. On a tous aimé s’entendre rappeler la place de Notre Dame dans notre Histoire. On s’est remémoré Gina Lollobrigida et Anthony Quinn, pour les uns, le Bossu de Notre Dame ou Assassin’s Creed pour d’autres… on a même pu reprendre en main dans la foulée avec nostalgie quelques pages de Victor Hugo (il paraît qu’Amazon a fait des ventes record). Et puis après… ça devrait suffire! Laissons travailler les enquêteurs, (histoire de tordre le coup à toutes les hypothèses complotistes), ceux dont le métier est de rebâtir, qui nous diront le moment venu combien de temps cela prendra. Laissons aussi les riches et les moins riches se mobiliser ou pas et profiter ou pas des avantages fiscaux généreusement distribué par l’Etat. La question de la remise en question des niches fiscales mérite d’être traitée plus sérieusement qu’en enfilant les anathèmes vengeurs sur l’air des lampions.

Trop c’est trop, parce qu’il ne faudrait pas confondre un moment d’émotion partagée avec un drame national. Il ne faudrait pas convoquer la nation blessée, en invoquant le devoir d’unité nationale, à chaque catastrophe. Il faut maintenant passer à autre chose. Nous avons volontiers affirmé “je suis Charlie” lorsque le fanatisme religieux assassinait des journalistes et dessinateurs. Malgré tout le respect dû à notre grande Histoire, à l’incommensurable Victor Hugo et aux remarquables bâtisseurs de cathédrales, on ne nous fera pas crier “je suis Notre Dame”.


1 réflexion sur « Trop c’est trop! »

  1. Cher Michel,
    tu mets en mots tout ce que je pensais à ce sujet ! D’ailleurs, est-ce l’ENA qu’il faudrait supprimer ou repenser la formation et/ou le professionnalisme des médias ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *