Le spleen du journaliste

Vraiment pas simple de nos jours le métier de journaliste! C’est vraiment plus ce que c’était… Avant, vous preniez une info, soit que vous l’ayez dénichée, soit qu’elle soit arrivée jusqu’à vous, vous la recoupiez, la vérifiiez, vous en analysiez les tenants et aboutissants, vous faisiez réagir les personnes concernées, et hop, vous publiiez le tout et la messe était dite. C’était le bon vieux temps, comme disent les vieux cons, dont je fais sans doute partie. Aujourd’hui, l’info on la trouve partout. De la vraie, de la fausse, de l’imaginaire, de l’engagée, de la fantasmée, de la complotisée… elle arrive de Facebook, de twitter, d’instagram, d’un copain, d’un cousin, d’un voisin… elle est toute chaude, y’a plus qu’à la résumer dans une “punchline” bien saignante, une formule qui décoiffe, et qui fera un maximum de buzz et donc un maximum de points dans la course à l’audience. Surtout si l’on parvient à prendre de vitesse les concurrents, là c’est le super bonus. Et ainsi se constitue à l’intention des rédactions une nouvelle hiérarchie de l’info.

Tout en haut, au top de la pyramide on trouve la violence policière sur gilet-jaune -ou son symétrique la violence sur policier de la part de “casseurs infiltrés dans un cortège de gilets jaunes pacifiques réclamant une amélioration de leur pouvoir d’achat”- ça marche aussi, talonnée par la déclaration anti-Macron d’une personnalité du monde culturel révoltée par la dérive du régime, ou qui a son avis sur le délai de reconstruction de Notre Dame de Paris, et bien sûr toute anecdote concernant le dénommé Benalla. Toute personne ayant aperçu le dit Benalla, resquillant une place dans la file d’attente d’une boulangerie, ou échangeant un sourire complice avec un homme politique, de préférence à proximité du palais de l’Elysée, gagne un bon pour une participation à une demi-douzaine de plateaux télé et radio pour y répondre aux questions d’un ou une journaliste à qui il pourra livrer son opinion sur la dérive monarchique de la “macronie”.

Ce n’est pas si compliqué en fait. Et n’allez pas croire que quiconque vous dicte une opinion. Le contenu lui-même n’est pas essentiel. Positif ou négatif, voire même simplement objectf… L’essentiel c’est que votre papier fasse référence à Macron, Monsieur ou Madame, peu importe, ou à l’Elysée, c’est pas mal non plus, et on ne peut que conseiller les formules du genre “on explique à l’Elysée …” ou “on reconnaît dans l’entourage du Président…” et ensuite vous remplissez les pointillés à votre guise, personne ne pourra vous contredire. L’important c’est la punchline. Exemple: “Macron au bout du rouleau!”, ça c’est le titre. “Selon certains de ses proches qui se seraient confiés à quelques uns de leurs amis, le président serait fatigué“, ça, c’est l’info!

Mais depuis l’avènement de Macron, le journaliste doit faire aussi face à des situations d’une extrême complexité. Prenez par exemple l’affaire de la cathédrale. Imaginez la situation du journaliste qui a déjà préparé son panel -un mix équilibré d’opposants de gauche, opposants de droite et gilets-jaunes, plus un député de la République en Marche, pour répondre à la question: les propositions de Macron peuvent-elles mettre fin à la colère des gilets jaunes? Tout est prêt et patatras, Notre-Dame s’enflamme et Macron annule la diffusion de son discours. “Comment faire réagir à des annonces qui existent sur une vidéo – c’est pas du “fake”- mais qui n’ont pas été faites, puisque la vidéo du président n’a pas été diffusée. Sacré casse-tête, sans compter que ce président qui n’aime pas les journalistes pourrait tout aussi bien changer ses annonces par la suite… juste pour les piéger. Si on ne veut pas se faire griller par la concurrence… il faut ruser. Par exemple. Titre: “Macron n’a pas convaincu!” Info: M.N., un des leaders des gilets jaunes, interrogé à propos des annonces que devait faire Macron, selon certaines rumeurs, dans son discours annulé, nous déclare: “il se fout de nous, c’est que des mesurettes!”

Reconnaissez qu’à ce stade, on mérite largement notre niche fiscale!

PS: de nombreux journalistes font leur métier quotidiennement de façon tout à fait professionnelle, heureusement, ils me pardonneront, j’espère, mon ironie amère. Hélas le spectacle médiatique met plutôt en avant les autres, ceux pour qui c’est le buzz qui prime.

2 réflexions sur « Le spleen du journaliste »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *