Chiche, on reconstruit la Gauche?

Un nouveau parti politique de gauche pour 2022? C’est l’ambition de Laurent Joffrin, le directeur démissionnaire de Libération, qui commence par créer une association « pour défendre des idées et définir une stratégie afin de refonder une gauche démocratique”. Et l’ex-patron de Libé précise au Figaro que “Cela débouchera sur la création d’un nouveau mouvement…” et que “cette initiative s’inscrit naturellement dans la perspective présidentielle».

Bonne idée ou énième remake sans avenir? On observera qu’avant lui, sur les mêmes bases ou à peu-près, Benoit Hamon a créé au lendemain de la présidentielle “Génération-s”, avant de se retirer lui-même de la vie politique laissant son mouvement dans une confidentialité dont il n’avait pu l’extraire. Au moment des européennes on a pu penser que Raphaël Glucksmann, avec son mouvement Place Publique, parviendrait à rafler la mise, et à donner un second souffle à la gauche non insoumise, lorsque le Parti socialiste lui confia la tête de sa liste. Glucksmann y a gagné un siège de député européen, et une vice- présidence de commission au Parlement de l’Union. Le tout après un score de 6%, qui consacrait l’effondrement électoral du Parti socialiste, mais ne lui donnait pas les arguments pour étayer son ambition de reconstruction de la Gauche. Les municipales sont ensuite venues, et ont semblé consacrer une reconstruction de la gauche autour du mouvement écologiste d’Yves Jadot, le patron du PS, Olivier Faure annonçant à cette occasion que son parti pourrait se ranger derrière le candidat des écologistes pour la présidentielle.

Certes la stratégie d’Olivier Faure s’est avérée gagnante pour un grand nombre d’élus socialistes. Dans un contexte de très faible participation, et grâce au soutien des écologistes, le parti a pu conserver un nombre inespéré de villes aux municipales, sans doute bien au delà de ce qu’il aurait pu sauver en partant seul à la bataille. En échange il a permis à EELV de conquérir plusieurs métropoles. Mais cet auto-effacement du Parti socialiste, se faisant hara-kiri au profit du mouvement écologiste, ne passe évidemment pas sans mal auprès de nombreux militants de gauche. D’autant que la colonne vertébrale idéologique d’EELV parait pour le moins inconsistante, entre adeptes de la décroissance, militants anti-nucléaires ou anti-vaccination, racialistes tentant d’introduire dans la réflexion de gauche le clivage racial comme déterminant des rapports sociaux, féministes extrémistes prêtes à jeter l’état de droit avec l’eau du bain de la prise de conscience des violences faites au femmes…

Ce week-end, cette relative inconsistance du message écologiste transparaissait de façon particulièrement criante, avec la grande manifestation commune organisée par EELV Ile de France et les comités Adama. Comment douter que certains militants socialistes, soucieux de rester dans une démarche de conquête légale, et d’exercice démocratique du pouvoir, vivent mal cette concession des écologistes au combat radical du clan Traoré contre l’Etat et sa police. D’autant que dans l’affaire Adama Traoré, l’éventuelle bavure policière, si cela en fut une, serait à mettre au bilan d’un gouvernement socialiste.

Le projet porté par l’ancien patron de Libération est sans doute le reflet de cette frustration d’une gauche qui n’accepte pas si facilement de passer aux oubliettes de l’histoire politique. Qui ne se résigne pas à l’avenir que trace pour elle le patron du Parti socialiste, comme force d’appoint des écologistes d’Yves Jadot. Et de fait, la démarche, quel que soit son devenir, paraît salutaire si elle permet de susciter un retour à la réflexion idéologique et programmatique, d’une gauche qui sous l’impulsion d’Olivier Faure s’est enfermée depuis 3 ans dans une critique systématique et stérile de toutes les initiatives gouvernementales, et la dénonciation fébrile de toutes les prises de parole d’Emmanuel Macron. Un peu de recul et de retour à la réflexion de fond ne peut qu’être fécond pour la gauche, et plus largement pour la vie politique. Ce serait en soi une ambition suffisante pour un projet politique! Mais Laurent Joffrin est un un homme pressé. Et donc il fixe d’entrée de jeu un objectif encore plus ambitieux: préparer un parti politique nouveau pour emporter la présidentielle.

De la précipitation naissent forcément les premiers soupçons. Comme on n’imagine pas une seconde que Laurent Joffrin s’imagine un destin personnel présidentiel, on est obligé de se demander de façon un peu triviale: mais pour qui roule-t-il? Et l’on pense évidemment à François Hollande, dont il fut, et reste dit-on, un proche. Sans faire de procès d’intention à l’ex-patron de Libération, on peut observer que la démarche adoptée par le Parti socialiste sous la houlette d’Olivier Faure correspond à un enterrement définitif de toute ambition nationale pour l’ancien président de la République. Celui-ci ne sera jamais en situation d’imposer aux écologistes de soutenir une nouvelle candidature à la présidentielle. On peut en revanche imaginer que la reconstruction d’une force social-démocrate crédible, autour d’intellectuels et membres de la société civile, pourrait à terme déboucher sur la naissance d’une force de gauche régénérée, mettant en avant un programme de réformes pour une meilleure prise en compte des exigences environnementales et sociales. Cette force, si elle parvenait à fédérer les électeurs de gauche, dispersés par l’avènement du macronisme, serait sans doute capable de porter un candidat vers l’Elysée. Miser sur cette voie, un peu comme une dernière chance inespérée de revenir au pouvoir, ne serait pas si sot de la part de François Hollande. A condition de prendre un peu de temps.

Partant du néant dans lequel se trouve le Parti socialiste, reconstruire une force de gauche crédible, capable d’accéder au pouvoir, et de proposer une politique environnementale et sociale plus hardie que celle menée par Emmanuel Macron, est sans doute nécessaire pour enrichir le débat, et permettre à la politique française de sortir d’une alternative fermée entre Lepénisme et macronisme. Mais cela demandera du temps. Sans doute plus que celui qui nous sépare de la prochaine élection présidentielle. A vouloir se précipiter, et brûler les étapes, l’initiative de reconstruction de la gauche de Laurent Joffrin risque fort de subir le même sort que celles qui l’ont précédée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *