Un élan brisé?

Transformer un élan, même gagnant, en mouvement sur la durée n’est pas chose simple. Indubitablement, Emmanuel Macron est en échec sur ce point. Il n’a pas réussi pour l’instant à consolider son élan de 2017. Le mouvement “En Marche” l’a porté à la présidence de la République, mais n’est pas devenu pour autant un grand parti politique, capable de porter durablement un message fort et clair d’une échéance électorale à l’autre, de proposer aux Français sur la durée un message politique plus élaboré que son attachement à la réalisation du programme électoral du Président.

Certes, on pourrait répondre que l’état dans lequel se trouvent les autres partis politiques n’est guère brillant et que donc LREM n’a rien à leur envier. Pas faux! On cherche encore le renouveau programmatique du Parti socialiste ou des Républicains. Mais les évènements qui se sont succédés dans le camp du Président de la République à l’occasion de cette campagne des municipales sonnent comme un échec personnel pour lui.

Il y a d’abord eu la pantalonnade de la campagne de Paris. La rivalité entre Benjamin Griveaux et Cédric Villani dont personne n’a compris en quoi elle impliquait un désaccord sur le fond, et était donc autre chose qu’un combat de coqs. Puis, après l’abandon forcé du premier, on a vu arriver Agnès Buzyn, qu’une interview de journaliste a suffi à faire exploser en plein vol au lendemain d’un premier tour lourdement perdu, avant qu’elle reprenne du poil de la bête et confirme sa présence au second tour. Dans l’intervalle le mathématicien Cedric Villani avait proposé de reprendre le flambeau de La République en Marche, dont il a été exclu… tout en prenant langue avec Anne Hidalgo pour négocier un éventuel ralliement. Pour compléter ce tableau surréaliste, on apprenait qu’une maire d’arrondissement sortante de Paris, après avoir rallié la liste LREM serait en négociation avec Rachida Dati, pour conserver son arrondissement… On en saura plus dans quelques jours…

Mais le véritable coup (tordu) d’éclat est venu de Lyon. De l’ex plus proche du Président de la République, Gérard Collomb, actuel maire de Lyon, brièvement ministre de l’Intérieur, qu’on avait vu pleurer en public le jour de l’investiture d’Emmanuel Macron, et qui aujourd’hui se rallie à Laurent Wauquiez, le président de la région Rhône-Alpes Auvergne, -et ennemi notoire du sujet de son émotion larmoyante d’il y a quelques mois- avec qui il signe un accord de maquignon: je cède la direction de l’agglomération à ton cheval, et tu laisses la mairie de Lyon à mon poulain… Pathétique! Déshonorant, serait-on tenté de dire si Gérard Collomb n’avait déjà montré quelques faiblesses sur le plan de la dignité politique. Déjà son départ du gouvernement avait des allures de désertion. On avait alors bien compris que son principal souci était de ménager la suite de sa carrière lyonnaise. Une carrière commencée en 1977 comme conseiller municipal, il y a 43 ans, et qui lui avait déjà permis de demeurer le maire de sa ville pendant 16 ans. Sans succès, puisqu’au premier tour de mars dernier sa liste se retrouvait en troisième position au coude à coude avec… le président de l’agglomération à qui il avait cédé sa place pour devenir ministre de l’intérieur, et qui se présentait contre lui, en dissident de LREM.

Bien sûr la direction de LREM a immédiatement dénoncé cet accord politique. Mais c’est bien l’échec d’Emmanuel Macron sur la modernisation de la vie politique qui est ici consommé. Et cet échec pourrait devenir un véritable boulet pour lui.

Lors de la campagne de 2017, la lassitude des électeurs pour une vie politique dégradée, minée par le clientélisme, les privilèges, et un cumul insolent des mandats, par une classe politique professionnalisée, ayant privatisé à son profit l’ensemble des fonctions représentatives, avait pesé très lourd dans le succès d’Emmanuel Macron. L’assainissement de la vie politique était l’une de ses principales promesses, et une part significative de l’électorat y avait cru. Comme au refus des clivages partisans gauche-droite. Une part au moins des Français avait espéré un véritable renouveau politique, un nouvel élan qui allait nous éloigner enfin d’une politique d’appareils, se partageant les postes et alternant au pouvoir, autant pour détruire que construire.

Trois ans après que reste-t-il de cet élan?

Primo, le président n’a pas réussi à débarrasser la vie politique française des affaires. Obligé de construire un appareil d’Etat au pas de charge avec soit des transfuges des appareils anciens, soit des nouveaux venus sans expérience, il a dû aussi composer avec les scandales. Une malversation par ci, un oubli de déclaration par là… Bref, comme avant, ou à peu près.

Ensuite, sous la pression des institutions de la 5ème République, qui poussent le président élu à se constituer une majorité à sa main pour pouvoir gouverner à sa guise, il a constitué son parti politique, de bric et de broc, forcément, c’est la contrepartie de la nouveauté. D’anciens élus de gauche, d’autres de droite, et des nouveaux venus, dont la seule véritable unité idéologique et programmatique était sa personne. Donc un parti faible. Qui plus est dirigé, tant pour le parti que le groupe parlementaire, par des gens manquant de charisme. Un parti peu rodé aux arcanes de la politique, qui s’est montré souvent inexistant dans sa défense de la politique du gouvernement et le combat politique qui va avec, et qui a du coup multiplié déclarations contradictoires, décisions incompréhensibles, comportements individuels aberrants, et depuis peu dissidences… Bref, loin de l’ambition initiale d’un président qui disait vouloir réconcilier les Français avec la politique. Face à la faiblesse de son parti et au refus de l’opposition de coopérer, la volonté de gouverner avec toutes les bonnes volontés de droite comme de gauche, se résumait finalement à un débauchage à droite comme à gauche.

Enfin, et c’est ce qui éclate avec l’affaire Collomb, il n’a pas pu imposer un véritable changement des règles du jeu politique, en mettant fin au cumul dans le temps des mandats. Qu’un de ses proches, ayant soutenu son programme de moralisation de la vie politique, puisse aujourd’hui continuer à tenter de tirer les ficelles, dans la deuxième métropole de France, après dix-sept ans de pouvoir absolu, au prix d’une trahison, est d’une symbolique pesante. Comme étaient symbolique la volonté de son premier ministre ou de son ministre des comptes publics, de se faire réélire dès maintenant dans leur ville respective, pour s’assurer de préserver leur point de chute de professionnel de la politique en cas de sort contraire.

“Je ne suis pas un professionnel de la politique”, lançait en 2017 Emmanuel Macron, en guise d’argument de vente. Ceux qui en auraient conclu qu’un des enjeux de son quinquennat serait une déprofessionnalisation de la politique en sont, pour l’instant, pour leurs frais.

Tout est affaire de décor !

Quels temps déraisonnables! Nous sommes entrés dans une ère de relativisme généralisé. Tout est possible, tout est équivalent, aucune vérité n’est plus certitude, mais simple opinion. Le réel n’est plus que la partie émergée que donnent à voir nos écrans, d’un iceberg inconnu soumis à des courants profonds obéissant à des logiques mécaniques et occultes qui nous dépassent et ne peuvent qu’échapper aux humains qui n’ont accès qu’à la surface des choses.

C’est la défiance généralisée. Défiance envers les dirigeants -mais ça n’est pas vraiment nouveau- qui ont forcément été mis à leur place, à l’occasion de simulacres démocratiques, par des forces occultes dont ils défendent aveuglément les intérêts. Défiance envers les entreprises qui nous font vivre, mais ne peuvent poursuivre qu’une logique, celle du profit, et donc de la destruction des individus. Défiance à l’égard de la science, qui ne peut obéir qu’aux directives des puissants, et en particulier la médecine qui est forcément soumise à la loi des laboratoires pharmaceutiques et de leurs profits. Défiance à l’égard de la presse qui atteint des niveaux sans précédent, l’actualité du monde ayant disparu au profit du story-telling de chroniqueurs en quête d’audience et au déroulé de vidéos qui ont fini par se substituer au réel lui-même. Défiance à l’égard de la police bien-sûr, dont le rôle protecteur ne peut plus être reconnu, puisqu’ils sont forcément les exécuteurs des basses-œuvres de dirigeants eux-mêmes instrumentalisés par des forces occultes qui décident de notre avenir en fonction de leur propre intérêt.

Et la défiance est un monstre qui se nourrit de lui-même. Prenez un exemple d’actualité: le remède du Docteur Raoult. Dans les faits, tout le monde en principe ne pourrait que se réjouir de l’existence d’un remède efficace et pas cher contre le coronavirus, ou à l’inverse du fait que l’on évite d’administrer à des patients un produit inutile ou dangereux. Mais il y a la défiance. A l’égard des organismes chargés d’évaluer l’efficacité des médicaments, organismes bureaucratiques forcément détournés de l’intérêt public, dirigés par des fonctionnaires dépendant d’un pouvoir politique, qui a lui même été mis en place par des réseaux d’intérêts privés, dont font partie les grands laboratoires pharmaceutiques, qui ont intérêt à développer leurs propres médicaments, pour apporter des dividendes à leurs actionnaires.

Pure spéculation? Non! La preuve, c’est que le médicament du docteur Raoult n’est pas cher. Donc, s’il marchait, il nuirait aux profits des grands labos pharmaceutiques, qui fabriquent des médicament concurrents beaucoup plus chers! CQFD. Et lorsque la revue médicale Lancet, l’une des deux revues qui font référence dans le monde, publie une étude sur le sujet semblant démontrer que la Chloroquine est inefficace et dangereuse, c’est évidemment parce que des laboratoires manipulent les scientifiques dont les crédits dépendent de leur bonne volonté. La preuve? La société Blackrock, gestionnaire d’actifs, déjà soupçonnée par la “vox médiatica” d’avoir dicté au gouvernement sa réforme des retraites, possède 6% de la société éditrice du Lancet. CQFD à nouveau.

Au fait, Blackrock est aussi actionnaire de Gilead le laboratoire pharmaceutique qui chercherait à couler la solution du professeur Raoult, et possède son propre médicament le remdesivir, sur lequel le Lancet a aussi fait une étude pour démontrer… qu’il “n’a pas de bénéfice thérapeutique significatif”. C’est pas facile de s’y retrouver dans les réseaux d’influence cachés du grand capital qui régissent le monde, et qui n’hésitent visiblement pas à se montrer contradictoires pour brouiller les pistes.

Cette défiance systématique est devenue plus qu’un droit, un devoir. Et donc on peut tout dire, dans les médias ou les réseaux sociaux, sans retenue, pourvu que ce soit sur l’air du complot, façon “moi en ne me la fait pas, je sais bien ce qui se trame derrière tout ça…”. C’est ainsi qu’une chanteuse de variétés peut parler à la télévision “des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau, c’est un fait”… et réclamer illico un débat télévisé avec le ministre de l’Intérieur… Mais le plus inquiétant est sans doute dans le soutien qu’elle obtient dans sa démarche de la part d’un député de la République, Aurélien Taché, ancien élu macroniste ayant décidé de changer de parti… et donc qui en connaît forcément un brin sur le côté caché des cartes.

Pour une autre starlette, du cinéma celle là, le complot est organisé par Bill Gates lui-même, milliardaire et ex-patron de Microsoft, qui à travers sa fondation, utilise les vaccins et la 5G pour asservir le monde. Pour les souverainistes, qu’ils soient d’extrême-droite ou d’extrême-gauche, et se retrouvent ou pas finalement dans le giron de Michel Onfray, le complot est ourdi à Bruxelles, voire à Maastricht (le traité qui consacra l’Union économique et monétaire européenne), les eurocrates détruisent de façon méthodique et systématique nos systèmes de santé, d’instruction, de retraite… bref nos modes de vie, et nous soumettent à la férule des fabricants d’automobiles de luxe d’une Allemagne toute puissante…

Certes le complotisme ne date pas d’hier. Avant le complot des laboratoires contre Raoult, il y en a eu d’autres, pour nous faire croire à la Shoah, ou encore à la destruction des tours du World Trade Center pour dissimuler les exactions de la CIA… et ces attentats terroristes en France pour mieux faire passer la politique de destruction sociale… et l’affaire des vaccins qui donnent la sclérose en plaque et que l’on tente de nous cacher, et ces complots permanents contre “les gens” contre “le peuple” que l’oligarchie financière veut asservir… La vraie nouveauté est que le complotisme a conquis droit de cité sur les médias grâce aux réseaux sociaux, à quelques politiciens complaisants, ou idiots, chacun reconnaîtra les siens, et aux talk-shows sans fin qui meublent les antennes de polémiques interminables sans cesse renouvelées. Une grande actrice peut aujourd’hui affirmer que les vaccins servent à implanter des micro-processeurs chez les patients et trouver une écoute. Pire, des journalistes peuvent se hasarder à défendre sans le moindre argument de fait des thèses nourrissant la paranoïa ambiante, et organiser de soi-disant débats sur de soi-disant controverses, sans perdre rien de leur crédit professionnel. Dans un monde audiovisuel où les images ne sont plus que des messages, tous les discours sont légitimes parce qu’équivalents. C’est la caméra qui fait l’expert et donc valide le discours. Toutes les théories deviennent des idées, toutes les suspicions des opinions, les affirmations des démonstrations, et les jugements des analyses. Et donc les complots des vérités cachées.

C’est ainsi, la vie politique, économique et sociale ne serait plus que le théâtre d’ombres d’un immense complot ourdi par on ne sait pas bien qui, mais de toutes façons dans l’intérêt de ceux qui possèdent tout, qu’on les appelle capitalistes, puissances financières, oligarchie, Bill Gates ou Zuckerberg, qu’on leur attribue ou pas une religion en commun, ou le simple appât du gain, et la démocratie ne serait plus qu’un artefact sans signification… Au Peuple, victime… ne resterait plus que la fièvre du samedi.

La parole est à la gauche

Avec le printemps et le déconfinement, les tribunes, pétitions, contributions, manifestes et lettres ouvertes fleurissent. Avec toutes un point de départ commun: l’appel à un nouveau monde, pour que rien ne soit plus comme avant. Au premier degré on comprend: pour que jamais une épidémie comme celle que nous vivons ne puisse se reproduire. Evidemment c’est un point de départ consensuel. tout le monde est forcément pour. Mais chacun a sa ou ses recettes et c’est là que cela diverge.

Passons sur les délires anti-vaccins paranoïaques de Juliette Binoche, inititatrice d’une pétition mondiale, dont la première cible semble être Bill Gates (probablement est-elle en délicatesse avec l’operating-system de son ordinateur), oublions vite le chapelet de lieux-communs récité par le bienheureux Saint-Hulot, pour nous intéresser de plus près au dernier appel en date, celui de personnalités de gauche et de l’écologie souhaitant une “convention du monde commun”.

Premier observation: la dénomination de l’appel à une “convention du monde commun” est ambigüe. On devine qu’elle exprime la conviction que le monde appartient à tous, que sa sauvegarde est l’affaire de tous, mais également qu’il s’agit de réinventer une place publique, une socialité perdue, de retrouver un monde de partage et d’échange, quand l’évolution de la société nous pousse à l’égoïsme et à l’individualisation des comportements. Mais on peut aussi lui trouver un petit relent internationaliste, voire mondialiste qui n’est peut-être pas recherché. Car il s’agit bien ici de clouer la mondialisation au pilori, juste aux côtés de l’ultra-libéralisme, qui seraient la cause de nos maux. C’est normal il s’agit d’un appel de gauche… et d’écologistes.

Le texte fait la passerelle en permanence entre les aspirations de gauche – sociales et anticapitalistes- et le plaidoyer écologiste. De façon parfois erratique puisqu’il s’ouvre sur une affirmation établie de façon à peu près aussi rigoureuse que les expérimentations médicales du docteur Raoult: la pandémie a été favorisée par la destruction de la nature opérée par l’homme, sous la férule du grand capital. On a envie de répondre: pas plus pas moins que la peste noire au XIVème siècle… Et cette affirmation introductive est complétée d’un amalgame entre pandémie, crise sociale, “mise en parenthèse de la démocratie”, et “improvisation des pouvoirs publics”, qui pose d’entrée l’orientation politique du texte: les pétitionnaires, dont la liste puise largement dans ce que la France a compté de décideurs de gauche depuis les années 80, sont impitoyables: “les politiques dominantes depuis 40 ans nous ont conduit dans une impasse”… Pour les anciens ministres socialistes, les François Lamy, Christian Paul, Laurence Rossignol, ou Najat Vallaud-Belkacem, c’est donc au moins une autocritique, sinon un revirement. Pour Corinne Lepage, ancienne ministre de droite d’Alain Juppé, on pourra sans doute parler de prise de conscience anti-capitaliste tardive. Qu’importe! Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et le passé politique des signataires ne suffit pas à disqualifier le contenu de leur appel.

L’ambition de départ est grande. Les signataires disent marcher dans les pas des reconstructeurs de la France au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Mazette. Avec un objectif immédiat: tourner la page du productivisme et mettre en œuvre la transition énergétique. Voilà pour les grands principes. Suit une série de propositions et pistes de réflexion souvent frappées au coin du bon sens, et dont on comprend qu’elles ont pour objectif de rassembler le plus large possible. La nécessité de faire jouer la solidarité au profit des plus démunis, et en particulier de ceux qui à l’issue de cette crise seront frappés par le chômage, ne devrait faire de doute pour personne. Le pays s’est d’ailleurs engagé avec la généralisation du chômage technique dans un plan de soutien à l’emploi sans précédent. “Sortir” des dizaines de milliers de personnes de la rue est une ambition que l’on ne peut que partager, même si depuis des années le problème semble toujours plus difficile à résoudre. La suggestion de généraliser les expérimentations locales en cours avec ATD 1/4 monde pour proposer un emploi aux chômeurs de longue durée est dans son principe excellente, il reste à vérifier la faisabilité de cette généralisation. Concernant les travailleurs étrangers en situation irrégulière la proposition est tout à fait modérée, comme pour ne braquer personne, on évite de demander une régularisation massive, on se contente de proposer que “l’accès au droit de séjour soit facilité”. De même sur l’hôpital le discours n’est pas très éloigné de celui prononcé ce samedi par Emmanuel Macron: “assurer un financement pérenne des investissements des hôpitaux et des Ehpad, rompre avec la spirale des fermetures de lits, et permettre la revalorisation des métiers de soignantes et soignants”.

Dans l’industrie la volonté de relocaliser des secteurs stratégiques ne devrait pas non plus choquer grand monde, c’est une leçon que chacun ou presque a pu tirer de la crise actuelle, même si la méthode, le recours aux nationalisations “là où il le faut” ne fera pas l’unanimité.

Evidemment, pour attirer les écologistes de Jadot, il fallait qu’il y ait un couplet anticonsumériste, pro développement durable, mais là curieusement les signataires se réfèrent à la “convention citoyenne pour le climat et sa méthode”, convention mise en place par Emmanuel Macron et appelée à déboucher sur des décisions politiques. L’appel à la solidarité européenne et à un véritable financement des pays en difficulté sans accroissement de leur dette paraît tout aussi consensuel…

Bien sûr le texte trace quelques lignes rouges qui en font bel et bien un texte de gauche, et d’opposition au gouvernement: le rétablissement de ISF, véritable fétiche de la gauche, est à l’ordre du jour, comme l’augmentation du SMIC. Evidemment les lois sur le chomage et les retraites devront être abrogées dès que sera intervenue l’alternance… Et les accords internationaux qui sont soupçonnés de brader notre souveraineté annulés…

Mais au final, il y a la un beau texte de réflexion sur les défis qui sont d’ores et déjà posés à notre société par la crise que nous traversons. De quoi alimenter un débat politique qui pourrait enfin sortir de l’opposition stérile, totale, et définitive de deux camps refusant de se parler, pour entrer dans le champ de la recherche des meilleurs compromis politiques pour permettre à notre pays de rebondir, dès maintenant… sans rien enlever à la liberté de choix des électeurs dans deux ans.

Fronde à LREM? Rien à perdre!

Donc, six ans après, on devrait nous jouer prochainement un nouvel épisode de la série dramatique “le Président et ses frondeurs”. A l’époque, les dissidents du Parti Socialiste reprochaient à François Hollande et Manuel Valls d’avoir bradé leurs convictions de gauche au profit d’un ultra-libéralisme germano-compatible. Bref de ne pas faire assez de social. Aujourd’hui, certains députés annoncent la prochaine constitution d’un groupe parlementaire constitué en grande partie de dissidents de la République en Marche, soucieux de tirer la politique du gouvernement vers plus d’écologie et plus de social. Et pour pousser le parallèle jusqu’au bout, on devrait retrouver dans le nouveau groupe parlementaire d’anciens socialistes, déjà frondeurs pendant le quinquennat précédent.

Evidemment, l’information, si elle se vérifie, n’est pas anodine. D’abord parce que le groupe En Marche devrait y perdre sa majorité absolue à l’Assemblée Nationale, ensuite parce que personne n’a oublié que le mouvement des frondeurs a été largement à l’origine de la faillite finale du quinquennat précédent, et de l’impossibilité pour François Hollande de se représenter.

Eliminons d’abord la question de principe. Est-ce qu’un député appartient de fait à un parti qui l’a soutenu lors de son élection? Est-ce que son mandat conserve une valeur dès lors qu’il change d’étiquette? Ou devrait-il moralement démissionner? Au sein du groupe En Marche on fera évidemment valoir aux dissidents que sans la tête de gondole Emmanuel Macron, ils n’auraient pas pesé bien lourd sur les étals électoraux. Et c’est particulièrement vrai dans cette élection législative de 2017, dont la première caractéristique fut la vague Macron qui renversa tout sur son passage. Mais dans une élection par circonscription à deux tours, ce n’est pas un parti qui est choisi par les électeurs mais bien un candidat. Et donc il reste élu pour la durée de son mandat, et ne représente pas moins ses électeurs lorsqu’il quitte le parti qui l’avait investi. Tout au plus les électeurs en question ont-ils le droit de se demander s’il n’y a pas eu une forme de tromperie commerciale, et d’en tenir compte la fois suivante.

Mais de façon symétrique, le groupe parlementaire La République en Marche doit quant à lui s’interroger sur sa capacité à créer une dynamique collective de nature à lier ses membres. Se demander si la force centrifuge qui éjecte aujourd’hui certains de ses membres n’est pas simplement le résultat du fait que depuis trois ans il tourne un peu trop vite sur lui-même, sans s’ouvrir réellement aux idées venues de l’extérieur. Et sur ce point, la question de la direction du groupe parlementaire macroniste devrait être posée de façon centrale. Gilles Le Gendre, qui manque singulièrement de charisme -mais il n’y est pour rien- a démontré, au delà de ses multiples erreurs de communications, ou simple formulations de bêtises, que son mouvement, contrairement à ce qu’il semblait croire, ne pêche pas par “excès d’intelligence ou de subtilité”, comme il s’était cru autorisé à le craindre publiquement, fin 2018, mais peut-être plus par excès d’inertie et manque de débat.

En droit, en tout cas, les nouveaux frondeurs sont parfaitement à même de constituer un nouveau groupe parlementaire, s’ils sont assez nombreux (15). Il reste à s’interroger sur le poids qu’ils pèseront dans l’assemblée.

“Ni dans l’opposition, ni dans la majorité” déclarent les dissidents. Un positionnement évidemment ambigu, et difficile à tenir, qui devrait leur valoir les railleries de leurs collègues… Mais qui pourrait aussi donner un coup de jeune au fonctionnement de l’Assemblée. En effet, même si mathématiquement l’alliance entre le Modem et LaRem devrait conserver de justesse la majorité absolue, il va devenir beaucoup plus difficile de faire adopter les propositions gouvernementales à la hussarde, par des députés acquis à la cause votant comme un seul homme, pour soutenir les choix du président. Il faudra bien discuter avec ce groupe des “Ni-Ni” pour assurer les majorités. C’est pour le coup que Gilles Le Gendre et ses collègues devront faire preuve d’un peu plus d'”intelligence et de subtilité”. D’autant qu’on peut imaginer qu’une partie des députés d’En Marche restés fidèles à leur groupe auront à cœur de montrer qu’ils ne sont pas pour autant les “playmobils” que dénonce l’opposition, et qu’ils ont eux aussi leur mot à dire. Sauf à recourir systématiquement à l’article 49-3, qui permet de faire adopter les textes sans vote, mais donne une très mauvaise image de l’exécutif, cela va donc forcément compliquer l’action gouvernementale, et donc la mise en œuvre des projets du Président de la République.

Et ce n’est pas un mal! On a vu depuis trois ans l’effet destructeur d’un mode de scrutin majoritaire (combiné à une élection simultanée du Président et des députés) qui offre au Président de la République élu un parlement aux ordres. On a vu monter plus que jamais, la défiance des citoyens vis à vis de l’Etat, on a vu le consensus national minimal se déliter, jusqu’à ne plus laisser transparaître qu’aigreurs, frustrations et colères. On a vu comment l’opposition y perdait ses propres valeurs par volonté désespérée de s’opposer au pouvoir, à toutes forces, sur tous les sujets. On a vu la plupart des corps intermédiaires, désorientés, se sentir systématiquement contournés, évités, par le parti au pouvoir. On a vu prospérer pessimisme et négativité d’un peuple qui ne croit plus en lui-même et verse plus que jamais dans l’auto-dénigrement.

Alors, faudrait-il pour en sortir, pour que vienne, ou revienne, le temps du dialogue politique, de la construction collective, du compromis productif, que le Président de la République perde sa majorité absolue automatique au parlement? Chiche! Cela ne suffira sans doute pas à tout changer, mais si le nouveau groupe parlementaire des “Ni-Ni” pouvait rendre à l’Assemblée Nationale son rôle de creuset des réformes, de forum des échanges sur les projets, de lieu d’élaboration des grandes orientations de politique environnementale et sociale, indispensables, et même -rêvons un peu- attirer sur les rives du compromis et du dialogue, des élus actuellement cantonnés de l’autre côté du Rubicon, dans l’opposition systématique et stérile… la démocratie n’aurait rien perdu au change!

Merci Nicolas!

Les experts nous avaient pourtant bien mis en garde: déconfiner trop vite n’est pas sans danger. Il vaut mieux y aller progressivement, pour éviter une nouvelle catastrophe. Et bien il y en a qui n’en tiennent aucun compte. Regardez le journal Le Monde. 5 jours avant la date fatidique fixée par Emmanuel Macron, il décide brutalement de déconfiner Nicolas Hulot. Et patatrac! Le résultat nous pète à la gueule. L’ex-animateur-télé, ex-hélicomane repenti, expert en bains moussants, et ex-ministre, se lâche. On peut comprendre! Après deux mois de confinement, les deux pieds sur le frein, c’est difficile de maîtriser la machine. Il libère les chevaux, balance tout, sans égard pour personne, sans s’incliner devant aucun totem, se plier à aucun tabou… De la dynamite! Et il a bossé! Imaginez le travail, pour sortir 100 principes, pas un de moins, pour que le monde ne soit plus jamais comme avant. Pour qu’enfin la révolution pour laquelle il se bat depuis toujours -enfin depuis qu’il a renoncé aux hélicoptères et aux 4×4- advienne enfin.

Les journalistes du Monde à qui on ne la fait pas ont eu vite fait de renifler le bon coup, l’évènement intellectuel et politique de l’année, le manifeste incontournable, alors ils ont donné de la place à sa tribune. Avec un énorme rectangle bleu sur 4 colonnes à la Une: “Le manifeste de Nicolas Hulot pour l’après-Covid”. Et de fait, ça décoiffe! Un exemple parmi 100: “18. Le temps est venu d’applaudir la vie!”. Ou encore “30. Le temps est venu d’apprendre de nos erreurs!”. Sans oublier le très osé “4. le temps est venu de la lucidité”. Merci Nicolas d’être sorti de votre confinement pour nous rappeler à l’ordre, nous remémorer tous ces lieux communs dont on saisit mieux le caractère décisif, et pour tout dire révolutionnaire, lorsqu’on en lit in extenso la liste, dans les colonnes de notre journal. Un peu comme la diversité de la population française nous saute tellement aux yeux lorsqu’on parcourt les pages blanches de l’annuaire téléphonique…

Après ces remerciements, il ne nous reste plus qu’à vous faire une suggestion pour un autre principe qui pourrait prendre place juste après le tellement judicieux N°100: “le temps est venu de créer un lobby des consciences…”

“101. Le temps est venu de nommer au gouvernement des gens comme vous qui savent comment préparer l’avenir, pour que rien ne soit plus comme avant, et pourront enfin agir…” Ah non, ça c’est déjà fait!

Le virus de la crise démocratique

Décidément le virus est révélateur. Révélateur de maux dont souffre notre société et que nous tentions sans doute jusqu’ici, collectivement, de ne pas voir. Il y a d’abord les évidences: la perte de sécurité de nos approvisionnements les plus vitaux, avec le départ de nos industries pharmaceutiques, entre autres, vers des pays à faible coût de main d’œuvre; ou encore la faiblesse d’une Europe qui n’a pas vraiment encore dépassé le stade du grand marché pour entrer dans celui de la communauté de destin. La faiblesse aussi de nos organisations internationales, incapables de gérer efficacement et solidairement une menace sanitaire mondiale. Certains considèreront que le virus révèle aussi l’impasse où nous mène notre mépris de l’environnement, et notre obsession de la croissance économique… Le lien de causalité ne semble pas vraiment établi, mais après tout, cela peut aussi se discuter. Mais au delà de ces points, la crise du coronavirus agit surtout comme un révélateur implacable de l’impasse démocratique dans laquelle la société Française est en train de s’égarer.

Une première approche du sujet, la plus globale, mais aussi la plus violente, est celle de la critique de la décision même, prise par tous les états démocratiques de confiner leur population. Etait-il légitime de réduire drastiquement les libertés individuelles, et de conduire ces pays à une récession économique sans précédent depuis la guerre, avec toutes les conséquences humaines que cela aura dans les pays occidentaux, mais aussi et surtout dans tous les pays dont le développement repose sur la prospérité des premiers? Fallait-il prendre ce risque pour l’humanité entière, pour préserver quelques centaines de milliers de vies dans nos pays? Rarement sans doute, en dehors des temps de guerre, des gouvernements se seront trouvés face à un tel dilemme.

Car la remise en question démocratique, dans cette crise est évidente. La restriction des libertés de déplacement, l’interdiction des rencontres, et bien sûr des manifestations, mais aussi la fermeture quasi-totale de l’accès à la culture, si elles ne posaient pas de difficultés sous une dictature comme la Chine, n’allaient évidemment pas d’elles-mêmes dans nos démocraties. En soi, le choix de l’Etat, qui a privilégié la santé publique au respect des libertés, n’est pas condamnable. Décider de confiner, c’était aussi, compte-tenu des capacités hospitalières du pays, s’assurer que les malades seraient soignés dans des conditions d’humanité acceptables. Décision tout à fait respectable. En revanche, même lorsque l’on valide ce choix, les conditions dans lesquelles il a été fait posent problème et nous renvoient directement à l’impasse démocratique qui est la nôtre.

Du fait d’un système représentatif qui donne les pleins pouvoirs au président, il n’y a pas eu de véritable débat. C’est une minorité, certes majoritaire au parlement, mais une minorité tout de même, qui a pris ces décisions. Le Président de la République a eu beau en appeler à l’Union Nationale, à aucun moment il n’a pu ou su mettre en place le consensus minimal qui aurait donné le sentiment à la Nation que la mise entre parenthèse des libertés était collectivement maîtrisée et compatible avec nos traditions démocratiques. L’Etat n’en est évidemment pas seul responsable.

Dès le début de la crise, il est apparu que l’enjeu principal pour les partis d’opposition et les multiples chroniqueurs ayant leur rond de serviette sur tous les plateaux-télé, était la déstabilisation du gouvernement. La question centrale n’était pas la maladie, et ses conséquences, mais bien la gestion de la maladie par le pouvoir, et la certitude que semblait avoir chacun qu’elle signerait sa perte. On a vu les uns et les autres, défendre tous les points de vue, les plus contradictoires, au fil du temps, avec un dénominateur commun: le gouvernement n’est pas à la hauteur. Pour des motivations différentes, mais sans doute sur un fondement commun.

Les hommes politiques qui affichent à longueur de journée leur défiance à l’égard de toutes les réponses apportées par le pouvoir à la crise le font évidemment dans l’espoir de faire chuter ceux qui sont au pouvoir pour prendre leur place. En revanche les chroniqueurs et pseudo-experts qui consacrent leur temps à traquer les erreurs, fautes ou scandales dont le pouvoir pourrait se rendre coupable, ne le font évidemment pas, pour la plupart, par appétit d’un changement de régime. Non, ce qui crée ce consensus contre le pouvoir, c’est précisément l’absence apparente de contre-pouvoir. Et là, notre système démocratique montre cruellement ses limites.

Qui peut garantir aujourd’hui que l’état d’urgence sanitaire, qui permet à l’Etat d’aller au delà des prérogatives que lui donne la constitution, et de restreindre gravement nos libertés, ne sera pas prolongé au delà du strict nécessaire par le parti au pouvoir qui a la possibilité de décider de tout sans tenir compte, ou presque, des avis contradictoires? Le seul garde-fou institutionnel étant le Conseil Constitutionnel, la méfiance finit évidemment par l’emporter, et nourrir le complotisme. Et transforme la mission des journalistes et chroniqueurs, qui finissent par se considérer, à la faveur de la décrédibilisation des partis d’opposition et des syndicats, comme le seul véritable contre-pouvoir. Donc de plateaux-télé en réseaux sociaux, le mot d’ordre est unique: haro sur le pouvoir!

Mais l’impasse démocratique révélée par le virus ne s’arrête pas là, ne concerne pas que l’exercice du pouvoir d’Etat. Le statut démocratique des élus locaux est aussi en train de voler en éclat. Lorsque l’on entend des centaines de maires annoncer qu’il ne prendront pas la responsabilité de rouvrir les écoles, par crainte d’éventuelles poursuites judiciaires, après avoir plaidé depuis le début de la crise pour que l’Etat prenne en compte leur avis dans la mise en place des mesures de confinement ou déconfinement, qu’un président de région refuse la réouverture des lycées mais réclame celle des plages… on mesure l’ampleur de la crise démocratique. L’Etat ne peut évidemment pas organiser depuis Paris la réouverture de chaque école primaire, et la réponse que proposent certains -une forme d’immunité judiciaire des élus- n’est évidemment pas plus acceptable. Si les élus locaux ne veulent plus prendre de responsabilités, alors le système ne peut plus fonctionner. Et que dire des syndicats d’enseignants qui annoncent qu’ils se mettront en grève pour empêcher le retour à l’école des enfants dont ils ont la charge éducative?

La virus a porté la crise démocratique à son acmé. Il a démontré que nos sociétés ne peuvent faire face à des crises graves sans consensus démocratique autour des solutions. Pour recréer du consensus, il faut redistribuer la parole, rendre de l’initiative à chacun. Sortir de cette dualité dans laquelle nous sommes en train de nous enfermer. Pour ou contre l’Etat! La crise des gilets-jaunes annonçait cette dévalorisation de notre système démocratique, la perte de consentement à l’action publique, qui se traduisait dans la montée des violences hebdomadaires. La situation de rupture complète entre l’Etat et les différents acteurs de la vie publique, vient la confirmer. Il faut maintenant agir pour éviter le pire. Changer le mode de désignation de nos représentants, en réintroduisant la représentation proportionnelle, pour que l’action de l’Etat résulte de la confrontation des points de vue, et de la recherche de consensus, et plus de la simple volonté du moins mal élu. Déprofessionnaliser la politique pour limiter le clientélisme. Simplifier drastiquement notre mille-feuilles administratif, et nos réglementations, pour rendre de l’initiative aux citoyens. Revaloriser, sans pour autant les déresponsabiliser, les élus locaux. Rendre aux corps intermédiaires un rôle d’initiative et de participation à l’élaboration des politiques publiques…

Bien sûr on pourra toujours invoquer les errements de la Quatrième république, le spectre des chambres ingouvernables, pour contester un retour du scrutin proportionnel qui devrait constituer la pierre angulaire de ce renouveau. Mais au stade où en est la Cinquième, c’est notre démocratie qui est en péril. Cela fait des années que l’on voit peu à peu le fossé entre l’Etat et les administrés se creuser. Cela vaut donc largement le coût de prendre, maintenant, tout de suite, le risque de la recherche du consentement du plus grand nombre, pour pouvoir, comme on dit dans les discours ronflants, “refaire Nation”.

Coronacircus

Les jours se suivent et se ressemblent, dans nos lieux de confinement, mais aussi dans les (plus ou moins) petits écrans, qui nous servent de fenêtres sur la réalité. Ce soir, c’est pénurie de masque en ouverture du JT, puis “y aura-t-il suffisamment de tests?”, les inévitables chiffres des décès pour enchaîner, puis l’interview d’un professeur des écoles, qui estime qu’il est beaucoup trop tôt pour faire rentrer les élèves, et qu’on ne pourra jamais assurer les gestes barrières, et qu’on a pas de masques, et qu’on est en danger, et donc qu’il pourrait exercer son droit de retrait… Un maire de commune rurale qui ne sait pas comment faire pour espacer les tables à la cantine. Un flash sur un député insoumis (à quoi?) qui exige que les masques soient gratuits pour tous puisqu’ils sont obligatoires (un peu comme les casques-moto, ou les assurances-auto, quoi…) Et on enchaîne avec un expert. Il est médecin, militant syndical ou même politique parfois, et nous explique que le déconfinement risque de ne pas marcher, qu’on pourrait avoir une deuxième vague, qu’il aurait fallu le faire plus tôt, ou plus tard, ou différemment, qu’on devrait laisser faire les médecins, que le 11 mai n’est pas une bonne date… Un dentiste, nu pour l’occasion, nous explique qu’il ne peut pas reprendre son travail parce que l’Etat ne lui a pas fourni masques et gants… (on souhaite simplement qu’il n’ait pas attendu le coronavirus pour en porter pendant ses interventions). Puis un restaurateur nous explique que puisque les enfants vont à l’école il n’y a pas de raison que les restaurants restent fermés. Un archevêque se plaint qu’on porte atteinte à la liberté de religion, tandis qu’un chroniqueur nous explique que c’est la zizanie entre Macron et Philippe, que c’est le Président lui-même qui aurait appelé un journaliste -on sait pas bien lequel- pour le lui dire, à moins que ce soit quelqu’un de son entourage… et le chroniqueur averti commence à esquisser les contours d’un futur gouvernement d’union nationale, selon ce qui se murmure dans les milieux bien informés… Aujourd’hui on a juste évité le couplet sur la chloroquine que le gouvernement refuse de distribuer à tous les malades, le bon docteur Raoult n’a plus le vent en poupe. Pour demain, il suffira de rebattre les cartes (les masques après les chiffres et avant les experts, la chronique sur “les couacs du déconfinement”, le restaurateur remplacé par un tenancier de bistrot) et le journal (l’édition spéciale) est déjà prêt. Vive le coronacircus! Et vive le journalisme! Après tout, le reste on s’en fout!

Et si on faisait une pause?

Et ça continue! Maintenant que la date de fin de confinement est connue, tous les observateurs de la vie sanitaire et politique ont mis à jour leur logiciel. Pour ceux qui réclamaient une date à cor et à cri, ça ne va évidemment pas. Pourquoi le 11 mai, et pas le 10 ou le 12? C’est trop tôt, ou alors trop tard, ou les deux à la fois. On en sait trop… ou pas assez! En annonçant une date, on prend le risque de démobiliser le public sur les mesures barrières. En ne prévoyant pas dans le détail comment les choses se passeront dans trois semaines, le gouvernement démontre son impréparation. Comment nos enfants pourraient-ils reprendre l’école sans danger? Qui portera un masque, quand, comment? Quel public aura accès aux tests? D’ailleurs où sont les tests, et les masques? Les spécialistes de tout crin se déchaînent sur les plateaux…

A cet égard l’attitude du premier ministre est suicidaire. En choisissant délibérément de ne dire que ce qu’il sait, et de confesser son ignorance chaque fois qu’il ne sait pas, il fournit les verges à tous les imprécateurs audiovisuels. Ceux qui savent tout sur tout, n’ont de doute sur rien, ceux qui pensent le doigt sur la gâchette, et qui trouvent donc son attitude inadmissible. Un premier-ministre qui dit “je ne sais pas”, c’est pour tout dire déloyal. Comment pourra-t-on chroniquer dans quelques semaines ses erreurs de jugement, s’il se retranche aujourd’hui derrière son ignorance, et les incertitudes des experts médicaux, s’il prétend manquer d’informations pour décider? Ce n’est pas du jeu! Il est là pour trancher, sur tout, tout de suite, sinon il est incompétent!

Heureusement pour les chroniqueurs, il reste les masques et les tests, et les comparaisons internationales. Comment se fait-il donc qu’il y ait plus de morts en France qu’en Allemagne? Je vous le demande bien! Puisqu’il s’agit du même virus, cela prouve bien que les uns savent faire et les autres sont nuls! Et pourquoi tous les marocains ont un masque à leur disposition, alors que nos pharmaciens refusent de nous en vendre? Ah bon! C’est pas les mêmes? Les uns sont des masques en tissus bricolés par des couturières, les autres des masques médicaux FFP2? Qu’importe, nos experts de plateaux ne sont pas à cela près. L’important à la télé, c’est, à la différence de la vraie vie, d’avoir un point de vue tranché sur tout. Alors on tranche! En oubliant de comparer ce qui est comparable, en dénonçant le projet français de recourir à des “masques grand-public” pour admirer les mêmes masques portés dans un autre pays. On attaque cet état français incapable de proposer dès maintenant un test à chaque Français, sans s’inquiéter une seconde de la fiabilité des tests en question.

Qu’on se comprenne bien, personne n’est parfait! Ce gouvernement a certainement commis des erreurs, mal apprécié sans doute au départ l’ampleur à venir de l’épidémie… peut-être pris des décisions à contre-temps, voire à contre-sens, mais enfin, il a fait face! Face à une situation inédite que personne n’avait vu venir. Où le hasard d’une imprévisible réunion évangéliste peut servir d’accélérateur à une épidémie en préparation. Où le choix posé aux gouvernants est sans doute la plus cruelle des épreuves imaginables: sacrifier l’économie, donc l’avenir de leur pays, ou laisser mourir les plus faibles, sans savoir où mènera le sacrifice. La plupart des gouvernements ont fait le choix de préserver la vie autant que possible, contre toute attente, et quel qu’en soit le coût. C’est un choix qui les honore, même si la pression médiatique l’a dicté pour partie, et qui honore notre société que l’on disait définitivement déshumanisée.

Alors, et si on laissait ceux qui ont pris cette lourde responsabilité gérer cette sortie de crise? Si on attendait la fin de la partie pour compter les points? Si nous nous laissions un maximum de chances de nous sortir de ce mauvais pas de la moins pire des manières? A quoi bon vivre dans une démocratie, si quand l’heure est la plus grave nous refusons de façon systématique la confiance à ceux que nous avons choisis. Sans parler d’une union sacrée, tellement étrangère à notre culture gauloise, ne pourrait-on demander à tous ceux dont le fonds de commerce est de faire parler d’eux sur les réseaux sociaux, à tous ceux qui veulent exploiter à leur, petit, profit politique, le coronavirus, et les inquiétudes qu’il génère, d’oublier leur ego quelques semaines, et de laisser agir ceux qui sont chargés de nous sortir de cette ornière. De tenter de les aider plutôt que de leur nuire. Nous sommes à deux ans des élections générales, nous aurons le temps nécessaire pour tirer tous les bilans, mener toutes les enquêtes, dénoncer toutes les erreurs, et prendre ensuite les sanctions démocratiques nécessaires. En attendant, cessons de compliquer les choses en plongeant les Français -qui ont déjà à subir une épreuve sans précédent- dans l’angoisse permanente.

Le jour d’après…

Certains l’auront trouvé lyrique. Ou trop long. Ou trop ampoulé. D’autres auront aimé la précision, l’humilité, le volontarisme… Certains regretteront l’emploi d’un mot, l’absence d’un autre… L’exégèse de discours présidentiel est une discipline très largement pratiquée dans notre pays.

Oublions en la forme et concentrons-nous sur le contenu. La première annonce concerne bien sûr la date de fin de confinement total. Ce sera le 11 mai, date à partir de laquelle, si tout se passe d’ici là pour le mieux, le pays pourrait peu à peu se remettre en marche normale.Tout le monde réclamait une date, elle est là! La plupart des experts préconisaient une reprise progressive, elle le sera. Progressive pour éviter un retour de flamme de l’épidémie, progressive aussi pour tenir compte des priorités. Les crèches, écoles et lycées, redémarreront donc, progressivement, avant les bars et les restaurants. Si les enseignants acceptent de jouer le jeu. Et ce n’est pas gagné! Depuis hier soir, les plus syndiqués hurlent déjà: “on nous prend pour de la chair à canon” (sic), ou encore “en quoi est-il moins dangereux de rassembler 30 enfants dans une classe que 20 personnes dans un bistrot”? Apparemment entre une partie des enseignants et les gouvernants l’incompréhension devrait s’avérer, si ces premières réactions sont confirmées, une fois encore, totale.

Et pourtant qui mieux que ceux-là devrait être sensible à l’argument de priorité. N’est-il pas urgent de permettre aux enfants, particulièrement les plus défavorisés, de retrouver l’école? Ces enfants qui sont confinés depuis un mois dans des appartements de cités déshéritées, où personne n’est en mesure de les aider à s’instruire à distance, où l’ordinateur, lorsqu’il y en a un, ne sert qu’aux jeux vidéo, où l’ambiance familiale est vite rendue irrespirable par le confinement, et la menace d’un chômage prochain… Y-a-t-il un enseignant pour estimer que cela n’est pas plus prioritaire que le pot du samedi soir avec les collègues à la terrasse d’un bar branché? Chacun sait que l’enseignement à distance profite surtout aux élèves issus de milieux favorisés.

“Chair à canon?” “Sacrifiés sur l’autel de l’économie!” (SNUIPP-FSU) Les syndicats d’enseignants dénoncent déjà une mise en danger de leurs adhérents, face au risque de contamination par les élèves… Et l’on sent pointer la menace du droit de retrait, voire de la grève, le 11 mai prochain. Et pourtant, parions que de nombreux enseignants sont sur leurs balcons tous les soirs pour applaudir les soignants qui partent depuis un mois tous les jours au contact du virus pour sauver des vies. S’il y a “chair à canon” dans cette guerre, c’est bien celle de tous les soignants qui ont été frappés par le virus. S’il y a des professions qui peuvent se sentir sacrifiées sur l’autel de l’intérêt commun, ce sont les éboueurs qui ramassent nos ordures, et les chauffeurs qui nous livrent, et les épiciers qui nous permettent de nous nourrir, et les caissières qui nous encaissent… Pas les enseignants. Qui retourneront progressivement dans les classes à partir du 11 mai, dans des conditions de sécurité qui auront été mises au point d’ici là, promet le gouvernement. Gageons que les quatre semaines qui restent avant la date fatidique permettront au gouvernement et aux syndicats d’enseignants d’organiser d’un commun accord une reprise profitable et sans danger pour tous.

Voilà pour la reprise des écoles, qui s’annonce donc difficile. Mais il y a d’autres annonces qui sonnent aussi déjà comme de véritables défis. Ne parlons pas du défi de disposer de la quantité nécessaires de tests ou de masques d’ici le déconfinement, tout et son contraire a déjà été dit sur le sujet. Ou de la nécessité de reprendre le contrôle national de certaines productions stratégiques, c’était attendu. Arrêtons-nous sur quelques annonces qui donnent un sens particulier à un discours du président qui avait été axé sur la nécessaire “solidarité” invoquée à 7 reprises. Il y a aura des aides nouvelles pour les plus défavorisés, familles nombreuses ou étudiants en difficultés, pour les secteurs économiques particulièrement sinistrés, le tourisme, la culture en particulier. Et surtout, Emmanuel Macron propose “d’annuler les dettes des pays africains”! Il n’est pas le premier, le pape François l’avait aussi réclamé dans son homélie pascale. Mais c’est évidemment une annonce qui peut s’avérer capitale, si elle est suivie d’effets.

Tous les économistes le disent et le répètent, la récession mondiale qui suivra l’épidémie sera gravissime. Et quand le monde développé entre en récession, le monde le moins développé s’effondre. L’Afrique va vers le gouffre, une fois encore, plus que jamais. Les restrictions de fins de mois au nord se traduiront par de la famine au sud. Les égoïsmes occidentaux l’emportant, particulièrement à un moment où l’Amérique peut même envisager de supprimer ses subventions à l’Organisation Mondiale de la Santé, l’aide au développement risque de devenir anecdotique. Les cours des matières premières qui font survivre les pays du continent africain vont s’effondrer avec la crise, et de plus en plus d’être humains seront contraints de choisir entre l’exode et la mort, le premier choix impliquant souvent la même issue que le second.

Alors oui, il faut une action massive en faveur de l’Afrique. Bien sûr il ne sera pas facile de convaincre tous les créanciers de renoncer, bien sûr il faudra s’assurer que l’annulation de la dette ne se traduit pas simplement par l’enrichissement des plus corrompus dans ces pays. C’est un immense défi qu’a lancé Emmanuel Macron lundi soir. Et c’est celui-là qu’on a envie de retenir, au delà de l’espoir de vaincre enfin cette épidémie et de se doter collectivement des moyens de mieux résister à la prochaine. Pour qu’effectivement le monde d’après ne soit plus tout à fait celui d’hier!

Un virus, tous docteurs, et vive la doctrine !

Le Cororonavirus est un virus exceptionnel, parce qu’il s’adresse à tous. Tous les pays sont touchés à des degrés divers, ou du moins selon des échéanciers différents. Toutes les catégories sociales sont concernées, là encore de façon différenciée en raison du confinement -il est évidemment plus facile de vivre sans contact extérieur à deux dans une villa à la campagne qu’à cinq dans un appartement de banlieue. En tout cas même les plus puissants peuvent être concernés comme nous le démontre Boris Johnson, le premier ministre anglais, après, il faut le reconnaître, avoir manifesté quelque insouciance sur le sujet.

Tous sont frappés ou presque, comme dans la fable de La Fontaine, le mal répand la terreur, et chacun en est amené à rechercher, quel “crime de la terre” vient punir cette “fureur du Ciel”. Et là, il faut reconnaître que notre ennemi Covid 19 est généreux en explications. Chacun peut y trouver le Graal recherché pendant toute une vie militante. La preuve absolue qu’il avait toujours eu raison, que le mal est bien là où on l’a tant cherché, la concrétisation de tous les fantasmes, la preuve ultime et définitive de la force d’un destin enfin dévoilé! Et cela tout en découvrant au passage que la médecine, c’est pas si sorcier… que chacun peut avoir un avis médical autorisé… sur les réseaux sociaux et les plateaux télé!

Commençons par les arguments les plus récents, et pas forcément les plus brillants: “c’est la faute de la Chine et de l’Organisation Mondiale de la Santé”, qui complotent contre l’humanité en général et les Etats-Unis en particulier, nous a expliqué la nuit dernière un Donald Trump au sommet de sa forme, en annonçant la suspension de la subvention de son pays à l’OMS, avant de changer d’avis dix minutes plus tard. On évoquera à peine, le pasteur proche du président américain, invoquant une punition divine contre l’homosexualité… Evidemment, il y a plus sophistiqué comme raisonnement.

Par exemple le principal argument de l’extrême-droite: le coronavirus est une épidémie mondiale, à cause de la mondialisation. Sans l’afflux d’étrangers qui submerge notre pays, nous aurions pu rester tranquillement à l’abri de la contagion. CQFD! Et il n’est pas un jour sans que Marine Le Pen ne réclame une fermeture totale et immédiate des frontières, avec chevaux de frise et miradors pour dissuader les virus baladeurs. Là encore on hésite à commenter l’argumentaire tant il paraît sommaire et purement fantasmatique.

A l’extrême-gauche, on fait un peu plus raffiné: nous assistons à la crise ultime de l’ultra-libéralisme. A force de privilégier l’accumulation du capital on a fini par faire sauter toutes les protections sociales, la recherche forcenée du profit s’est traduite par le démantèlement des services sociaux, et en particulier des services de santé, par la concentration dans les pays à bas coût de main d’œuvre de l’ensemble des productions vitales pour notre société. Les Etats se sont désarmés au profit des marchés, dérégulant à tour de bras et conduisant à cette situation sanitaire incontrôlable. Et comme il faut des noms, les coupables sont les patrons et leurs obligés, les pouvoirs politiques de droite comme de gauche qui ont conduit le monde où il est aujourd’hui. Les solutions? Nationaliser à tour de bras tout ce qui est stratégique, faire payer les riches pour financer la crise, augmenter massivement les salaires, bref appliquer le programme que Jean-Luc Mélenchon et sa France insoumise proposent vainement à chaque élection. Ou écouter le revenant Montebourg qui explique en Une de Libération que c’est “l’Austérité qui se paye aujourd’hui en morts dans nos hôpitaux”. Et tant pis si “l’austérité” et “l’ultra-libéralisme” dénoncés par les uns et les autres se traduisent par un record mondial de dépenses sociales et les milliards de déficits publics accumulés depuis vingt ans. Les faits sont têtus mais la quête de vérité ne craint pas la contradiction.

Pour les écologistes, l’aubaine (seulement d’un point de vue doctrinal) Covid 19, est tout aussi réelle. Cette crise est un rappel à l’ordre ultime: “la prochaine pandémie est prévisible” si nous ne rompons pas avec “le déni de la crise écologique”, explique encore Libération en s’appuyant sur une tribune de spécialistes de l’écologie. Seraient en cause plein-mêle, l’extension des terres cultivables, l’industrialisation, la régression des espèce sauvages… Toutes dérives qui promettraient des fléaux toujours plus inattendus, et pourquoi pas un équivalent de… la grippe espagnole de 1918. Sur ce plan des pandémies en tout cas, on notera que la crise écologique ne date pas vraiment du remembrement agricole, de l’extension des pesticides, ni même… des excès du libéralisme. Mais enfin il est plus que temps de se mettre à l’abri comme nous l’explique le collapsologue Yves Cochet, ancien ministre de l’environnement de Lionel Jospin, qui a déjà créé son refuge près de Rennes en espérant survivre à l’effondrement de notre civilisation.

Du côté des partis traditionnels c’est un peu plus compliqué. Bien sûr la gauche est tentée par l’argument de l’effondrement du modèle ultra-libéral, qu’est supposée encourager l’action du président Macron, l’ennemi N°1 du peuple. Mais côté affaiblissement des services publics… le dossier n’est pas bon. C’est Marisol Touraine, ministre de la santé de François Hollande, qui mit fin au stockage des masques sanitaires, elle-aussi qui assuma, après ses prédécesseurs de droite, la baisse du budget des hôpitaux… Alors même si l’amnésie est une vertu cardinale de l’homme ou la femme politique, il n’est pas si facile de dénoncer un désengagement de l’Etat dont on fut l’artisan. Mais cela n’empêche évidemment pas de trouver dans l’épidémie la preuve que le macronisme, cela ne marche pas.

A droite il n’est pas facile non plus de retomber sur ses pieds. La critique de l’ultra-libéralisme c’est pas vraiment un bon argument à défendre. Alors, après avoir prôné l’union nationale face au virus ennemi, on en revient aux fondamentaux. Quand tout va mal, c’est qu’il y a trop d’Etat, trop de fonctionnaires, trop de réglementations, trop de taxes. Et comme le gouvernement est d’un camp opposé l’Etat a évidemment tout faux. Exemple: Philippe Doute-Blazy appelle à signer une pétition pour imposer à l’Etat d’autoriser le recours à un médicament n’ayant pas fait ses preuves! Un comble pour une ancien ministre de la santé! Des élus locaux qui ont réussi à se procurer des masques sanitaires, et les réservent à leurs administrés, s’opposent à leur réquisition par l’Etat qui veut en réserver la priorité aux personnels médicaux et aux malades… Et si l’on a perdu la maîtrise de notre stock stratégique médical, à l’époque ou Xavier Bertrand était ministre de la santé de Nicolas Sarkozy (il dit qu’il n’y est pour rien), et successeur de Roselyne Bachelot qui avait constitué le stock en question sous la risée générale, c’est d’abord parce que les entreprises françaises sont ensevelies sous les charges et sont donc obligées de se délocaliser. Bref nos productions stratégiques partent à l’étranger… parce qu’il y a toujours trop d’Etat.

On l’aura compris, le Covid 19 dont chacun affirme bien haut qu’après lui “rien ne sera plus comme avant !”, est devenu l’argument ultime pour ne surtout pas remettre en question ses choix doctrinaires, et les assumer de façon encore plus dogmatique.

Pourtant il y a évidemment de quoi réfléchir et remettre nos modèles en question dans cette crise du coronavirus. Qui peut contester, qu’on y mesure les limites d’une mondialisation des échanges en mal de régulation sanitaire, sociale et environnementale. Qu’il est nécessaire de redéfinir le champ et les modalités de l’intervention de l’Etat dans le domaine économique, en sortant de la simple alternative: faire soi-même ou laisser-faire. On peut maintenir sur le territoire, au moins européen, les productions stratégiques en quantité suffisante, sans pour autant nationaliser les entreprises (par exemple en jouant sur les charges des entreprises). Et il ne suffira pas de s’assurer la disponibilité de masques et médicaments, ou d’obtenir que la Chine interdise de consommer pangolins et chauve-souris, pour éviter la prochaine crise. La nécessaire réorganisation de notre système hospitalier est elle-aussi, en premier lieu, mise en évidence par la crise.

Sur ce plan, il n’est pas contestable, et tous le reconnaissent, y compris les principaux artisans de la baisse du budget de l’hôpital, la question des moyens est réelle. On a vu à quel point les personnels indispensables aux soins d’urgence étaient en nombre insuffisant en cas d’afflux de patients. La question d’une rémunération attractive, à la hauteur de leur dévouement, est aussi posée, évidemment. Mais dans le même temps on a pu constater une baisse de la fréquentation des urgences parfois de moitié, y compris les week-ends, pendant la période d’épidémie, ce qui semble démontrer que le problème d’organisation du réseau de soins en amont de l’hôpital, avancé comme argument par l’ex-ministre Agnès Buzyn, est réel. Parmi tous ceux qui n’ont pas fréquenté les urgences, par crainte d’y rencontrer le virus, on peut supposer que la plupart auront, ou auraient, trouvé une réponse satisfaisante à leur problème en dehors du cadre hospitalier. C’est donc bien toute notre organisation de santé (privé-public, hôpital-médecine de ville, médecins- auxiliaires de santé…) qu’il faudra remettre à plat après la crise.

Mais pour que tout cela puisse se faire de façon constructive, et sans crise, il faudra que chacun tempère un peu les enthousiasmes idéologiques tirés d’une crise effectivement sans précédent. Et se souvienne que la médecine malgré ses incertitudes reste une science, qui demande pour être maîtrisée… un certain apprentissage.